In Amenas (Algérie)

L'armée algérienne a donc donnée l'assaut sur le site gazier d'In Amenas, où vivent et travaillent au quotidien environ 700 personnes. Les islamistes qui appartenaient à la brigade Al-Mouthalimin , qui obéit aux ordres de Mokhtar Belmokhtar ont donc été délogés du complexe industrielle géré par le groupe britannique BP.

Les autorités d'Alger, comme à leur habitude, ne communiquent nullement sur le bilan de l'opération mais il est probablement assez lourd en ce qui concerne les pertes humaines. D'après l'agence Associated Press, près de 35 otages et 15 ravisseurs auraient été tués par les militaires algériens pendant l'assaut, tandis que l'agence nationale algérienne APS, qui s'appuie sur des sources locales, annonce que 600 otages algériens auraient été libérés.

Toujours est-il que d'après des sources algériennes, les islamistes arrivaient tout droit de la Libye voisine ce qui confirme s'il en était que ce pays "libéré" l'an dernier du joug de Khadafi -pour être remplacé séance tenante par celui des islamistes qui souhaitent imposer leur loi- est une base arrière pour les combattants d'Allah.

Dernière info : l'un des terroristes tués ce soir par les soldats algériens serait de nationalité française selon Reuters.

Guillaume Schirer