Sanchez 2FN infos

Le 21/01/2013

Avant de manger la galette des rois avec leurs militants dans les salons de l’hôtel Holliday Inn de Nîmes, Wallerand de Saint-Just, avocat de Marine Le Pen et secrétaire départemental à Paris, Gilles Caïtucoli, secrétaire départemental du FN dans le Gard et Julien Sanchez, conseiller régional du parti ont réuni la presse, hier, pour évoquer les mois qui les attendent que ce soit au niveau local mais aussi à l’échelon national.

L’avocat, qui constate que le Gard est « un département qui a le vent en poupe avec l’élection de Gilbert Collard en juin dernier », revient sur les ambitions nationales de sa présidente et rappelle que les vrais problèmes des français sont sociaux et économiques. Puis, tel un Père Noël sans barbe, (en souhaitant à ses collaborateurs qu’il vienne plus d’une fois par an), Wallerand de Saint-Just sort de sa hotte tout un tas de bonnes nouvelles : les problèmes financiers connus par le parti ne sont plus que de l’histoire ancienne. Il entend d’ailleurs « redonner de l’argent aux permanences pour les deux grandes élections de 2014 : les municipales et les européennes ». Enfin, il compte bien « proposer une vingtaine de listes dans le Gard » à l’occasion des prochaines élections.

Gilles Caïtucoli  et Julien Sanchez prennent le relais et abordent la partie concrète, celle du terrain. Caïtucoli parle d’une tournée, déjà commencée, dans les 22 villes de plus de 5 000 habitants du Gard. La prochaine date sera le 9 février prochain dans la salle Saint Pierre de Rive à Beaucaire (17h). Un flyer a aussi été distribué en masse dans les grandes villes du département. Julien Sanchez, lui, est convaincu que le Front National peut gagner des mairies dans le Gard en 2014 et concède même, que dans le cas inverse, ce serait « un échec ». Une chose est sûre, à Nîmes, le conseiller régional a déjà bien réfléchi à la configuration dans laquelle il pourrait se retrouver en 2014, si son parti décidait de l’envoyer au front : « Il y aura deux listes à droite : une de l’UMP avec Proust ou Fournier et celle de l’UDI avec Lachaud. Ils se détestent cordialement depuis des années et jouent à qui est le plus ami avec Sarkozy. Quand à la gauche, on verra dans quel état elle sera. Il y aura certainement Boré. Dumas ou Alary devraient aussi y aller. Ca divise les voix. Le Front National peut arriver en tête au premier tour ». Visionnaire, optimiste ou irréaliste, seul le temps permettra de mettre un adjectif sur cette déclaration de Julien Sanchez. D’ici là, le conseiller régional souhaite trouver un local dans le centre-ville de Nîmes pour installer la permanence de son parti. Chaque chose en son temps.

Source : Objectif Gard