WDSJFN

Communiqué de Presse de Wallerand de Saint-Just, Membre du Bureau exécutif du Front National du 23/01/2013

Une « mission » d’information de l’Assemblée nationale présidée par le député PS M. Raimbourg vient de déposer un rapport de 176 pages. On peut affirmer que l’intégralité de ce rapport est en faveur de la délinquance et des délinquants. Il va même jusqu’à envisager un numerus clausus dans les établissements pénitentiaires : Messieurs les criminels, Messieurs les délinquants vous pouvez redoubler, vous ne serez pas vraiment punis. Par ailleurs, pour la mission Raimbourg, la prison, c’est, principalement, la réinsertion et l’accompagnement de l’emprisonné. En outre, il ne faut plus considérer un certain nombre d’actes comme des crimes ou des délits : par exemple le racolage passif ou la mendicité agressive. C’est beaucoup plus simple de briser ainsi le thermomètre. Dans le même esprit, ce rapport veut instituer pour les peines inférieures à 5 ans une libération conditionnelle automatique aux deux tiers de la peine…

Ces députés ont abandonné toute notion de l’intérêt général et du bien commun ! En vérité ils expriment sans aucune pudeur ce qui a toujours été la marque de la gauche : « être pour le criminel et le délinquant contre la victime ». Cette inversion des valeurs n’a tout de même jamais été formulée avec autant de force et d’indécence que dans ce rapport.

Ce n’est pas le délinquant qu’il faut protéger, ce sont les victimes de plus en plus nombreuses car la délinquance et la criminalité, sous Monsieur Hollande et sous Monsieur Valls, explosent !

Il faut bien plutôt adopter les solutions de Marine Le Pen, par exemple, mettre au point un vaste plan carcéral afin de créer, dans les plus brefs délais, 40 000 nouvelles places de prison. Il s’agit là d’une mesure de bonne administration, d’un impératif humanitaire, mais aussi d’un préalable à toute politique d’application des peines. Avec 40 000 places de prison supplémentaires, la France se placera dans la moyenne européenne.

Et il faut définitivement abandonner cet esprit gauchiste détestable qui consiste à toujours excuser, à toujours justifier, à toujours évacuer toute responsabilité individuelle.