vallsEurope 1

Par Marie-Laure Combes avec agences le 30/01/2013

Mardi, Manuel Valls avait jugé que la thèse du "loup solitaire" ne tenait pas.

L'info. Les policiers continuent d'enquêter sur les complicités dont aurait pu bénéficier Mohamed Merah pour commettre ses assassinats en mars 2012. Deux hommes, de 29 et 30 ans, ont ainsi été arrêtés mardi à Toulouse. Ils seraient des "connaissances" de Mohamed Merah, selon les informations dont Europe 1 a obtenu confirmation. Ces interpellations interviennent alors que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls doit recevoir les familles des victimes du tueur au scooter jeudi.

Merah, un "loup solitaire" ? La thèse avait été soutenue au moment de l'affaire par le patron du renseignement intérieur (DCRI). Bernard Squarcini estimait alors que le tueur au scooter incarnait les "nouvelles techniques opérationnelles" d'Al-Qaïda, qui privilégie "la voie du loup solitaire".

La théorie de Valls. Mais pour Manuel Valls, l'explication ne tient pas. Le ministre de l'Intérieur a estimé mardi que "l'action de Mohamed Merah a été le résultat d'une préparation minutieuse, d'un véritable processus d'apprentissage fait de contacts nombreux". "Il (Merah) n'a pas agi seul, à l'évidence", a jugé Manuel Valls. "Il a tué seul, mais il s'est déplacé en Afghanistan, au Pakistan, il a eu des contacts, il a reçu sans doute une formation rudimentaire aux armes, il a vécu dans un environnement", a ajouté le ministre. "Merah est seul, mais pas isolé. Ce n'est pas la même chose. Il y a un environnement, qui peut être celui de la famille, du quartier, de la prison. Des contacts qui ont été les siens, en France ou a l'étranger, qui ont forgé ce processus de radicalisation qui l'a amené à tuer", a encore précisé Manuel Valls.