PetroplusFN

Communiqué de Presse de Nicolas Bay, Secrétaire général adjoint du Front National, Président du groupe FN au Conseil régional de Haute-Normandie du 06/02/2013

L’annonce intervenue ce jour du refus, par les administrateurs judiciaires, des offres de reprises présentées pour sauver le site de Petroplus à Petit-Couronne, se faisait pressentir dès hier, suite à la tiédeur manifestée par Arnaud Montebourg qui évoquait « une participation minoritaire de l’Etat » dans l’hypothèse où une offre devait aboutir ; Matignon affirmant depuis plusieurs jours que « les chances de succès étaient limitées ».

L’histoire de Petroplus est celle d’un probable désastre industriel organisé. Le dossier a servi de caution sociale à Sarkozy, Hollande et Mélenchon auxquels l’intersyndicale, dominée par la CGT, a servi la soupe tout en refusant de manière totalement partisane la venue de Marine Le Pen sur place, seule candidate dont le programme pouvait permettre la protection de nos industries.

Tout en espérant encore une issue favorable d’ici au 16 avril, le Front National se désole d’un tel fiasco. Depuis 2 ans, il a constamment manifesté son soutien aux salariés du site. Il regrette que le gouvernement socialiste, qui avait promis une intervention de l’Etat dans cette affaire, semble se soumettre aux velléités mondialistes de certains groupes pétroliers. Certains d’entre eux préfèrent sacrifier les raffineries installées sur le sol français au profit de celles dans lesquelles ils investissent ailleurs dans le monde.