Percheron Dalongeville PSFN

Communiqué de Presse de Steeve Briois, Secrétaire General du Front National du 12/02/2013

En comparant son ancien protégé Gérard Dalongeville à Myriam Badaoui, la coupable d’Outreau qui avait formulé de fausses accusations, Daniel Percheron a franchi le cap de l’indécence et de l’indignité.

Il est tout d’abord affligeant de voir Percheron atomiser ainsi Dalongeville alors qu’il s’est déplacé personnellement pour le soutenir à l’occasion de campagnes électorales, se manifestant à ses côtés en 2004 et 2008, et qu’il l’a couvert plus que de raison, alors que la Chambre Régionale des Comptes avait déjà donné de nombreux signes alarmants quant à la gestion opaque et calamiteuse de l’ancien maire d’Hénin-Beaumont.

Il est enfin consternant de voir Percheron banaliser le drame humain qu’a été l’affaire d’Outreau, tant pour ceux qui ont injustement été accusés que pour les victimes directes des crimes commis. Cette note de cynisme doit rappeler aux habitants du Nord-Pas-de-Calais à quel point les socialistes se croient tout permis et négligent les conséquences de leurs actes. L’avenir nous dira s’il s’agissait là d’une maladresse d’un homme acculé, tentant à tout prix de nier sa responsabilité morale dans un système qui a jeté le discrédit sur notre région.