Girouette ventBruno Gollnisch

Le 20/02/2013

Le député FN Marion Maréchal-Le Pen a dénoncé hier  les profanations  perpétrées   dans la nuit de dimanche à lundi dans les  cimetières de Valréas et de  Courthézon. «  Le Front National a-t-elle déclaré, condamne très fermement ces actes etdemande des sanctions exemplaires à l’encontre des profanateurs lorsqu’ils auront été identifiés, quelles que soient leurs motivations. Le Front National condamne également le mutisme complaisant de la caste politique en place qui aurait sans doute été beaucoup plus prolixe s’il s’était agi de sépultures autres que chrétiennes. » C’est en effet totalement exact.

Selon les dernières statistiques en date, celles publiées par  Le groupe d’études sur la politique de prévention et de lutte contre les profanations des lieux de culte et des cimetières, présidé par le député UMP  Claude Bodin, le nombre de celles-ci  est passé de 304 en 2008 à 621 en 2010. Les faits concernent très majoritairement des lieux chrétiens (308 églises et 214 cimetières en 2010, des chiffres en augmentation de 33 % par rapport à 2009) puis les lieux musulmans (50 mosquées et 7 cimetières, +216%) et les lieux juifs (30 synagogues et 12 cimetières, -36%). Les chiffres pour 2011 font état de 434 actes de dégradation dans les sites chrétiens, 41 sur les sites musulmans et 34 sur les sites juifs. Pour prévenir ce type d’exactions, le rapport de M. Bodin,  proposait notamment  d’inclure dans les cours d’instruction civique un module abordant la thématique du respect dû aux morts…Ce respect qui paraît si évident, que l’on retrouve  dans toutes les civilisations ne serait donc plus « enseigné » et transmis par les parents ?

Mais  il est vrai que dans notre Occident progressiste, les priorités sont désormais les « luttes contre les discriminations ». Le  site Correspondance européenne, donnait ainsi quelques exemples du combat  contre le sexisme, sur fond de théorie du genre, dans un pays comme la Suède, « une nation qui en 2010 a été reconnue par le Forum Économique Mondial comme le pays où l’égalité des sexes est la  mieux garantie (…). Les Suédois aspirent maintenant à un autre record, en passant de la notion d’égalité à celle de la neutralité entre les sexes. Les distinctions entre les sexes ne doivent plus être tolérées. » A cette fin « les Suédois ont l’intention de manipuler la grammaire (…). En suédois les pronoms personnels masculins et féminins seront officiellement abolis, donc han (lui) et hon (elle) feront place à un hen indéfini. C’est l’influente et sérieuse Nationalencyklopedin qui l’a communiqué. »

De même, « l’on est en train de procéder à l’uniformisation des noms propres (les noms unisexe légalement reconnus en Suède sont déjà 170), les magasins de vêtements pour enfants et adolescents ont depuis longtemps éliminé les rayons pour les garçons et les filles, en introduisant l’uniformisation des vêtements. Pour les jouets c’est la même chose : dans un des plus récents catalogues du secteur, il y a un garçon qui pousse un landau rose et une fille qui conduit un tracteur jaune. Dans le sport, c’est la Fédération suédoise de bowling qui a commencé à supprimer la distinction entre équipes masculines et féminines, afin de rendre la compétition plus neutre en termes de genre. Il parait aussi que la proposition avancée par les politiciens du Parti social-démocrate d’éliminer la toilette séparée  afin de ne pas forcer les gens à la distinction entre les hommes et les femmes  va probablement être approuvée (…). Il existe déjà un livre pour enfants appelé Kivi och Monsterhund, totalement inspiré par la grammaire neutre, dans lequel l’auteur Jesper Lundqvist a introduit parmi les nombreuses nouveautés celle de remplacer les mots par lesquels les enfants suédois ont depuis toujours appelé les parents (mammor et pappor), avec les termes mappor et pammor. Traduit en français ceci deviendrait mapa et paman. » 

Le phénomène se propage. « Au début de cette année, Mr. Tam Baillie, Commissaire du Parlement écossais pour les Enfants et les Jeunes (…), a officiellement déclaré que les garçons devraient avoir le droit de porter l’uniforme des filles, afin d’éviter  une discrimination injuste à l’égard des étudiants possédant une orientation sexuelle variable. L’automne dernier, le gouvernement australien a annoncé la possibilité d’indiquer le sexe par un X, pour tous les citoyens qui ne souhaitent pas être classés dans les catégories d’hommes et femmes. Depuis le mois de décembre dernier au Royaume-Uni les passeports des citoyens britanniques n’indiquent plus la paternité et la maternité selon les régimes classiques (père et mère), mais à travers les mots Parent 1et Parent 2 afin d’éviter la discrimination des couples homosexuels ayant des enfants .En Allemagne, même le célèbre Ampelmännchen, le petit bonhomme du feu rouge, portant un chapeau d’homme, utilisé par les piétons dans les territoires de l’ex Allemagne de l’Est, a été remplacé par une figure neutre. »

« Tous ces faits sembleraient drôlement ridicules, si cela ne comporterait le risque d’une dangereuse dérive éthique et anthropologique » est-il indiqué fort justement alors que « le  24 mai 2012, le Parlement européen a adopté une résolution contre l’homophobie et la transphobie en Europe (par 430 voix contre 105 et 59 abstentions). Le texte  condamne avec force toutes les discriminations basées sur l’orientation sexuelle et sur l’identité de genre  et exhorte les Etats membres à garantir la protection des lesbiennes, des homosexuels et des transgenres à l’encontre des discours homophobes d’incitation à la haine et de la violence. »

«  Le principe est nouveau seulement en apparence. En réalité, il ne s’agit de rien d’autre que du vieux concept jacobin d’égalité absolue, proposée avec un nouveau langage et adapté à la sensibilité contemporaine. Il est en effet difficile de trouver un terme aussi ambigu que celui de discrimination. L’idée même de justice, qui, dans sa formulation traditionnelle, signifie attribuer ce qui lui est propre (suum cuique tribuere) implique en soi une certaine forme de discrimination. Toute loi est contrainte, en quelque sorte, à discriminer du fait même qu’elle établit ce qui est juste et ce qui ne l’est pas, ce qui est permis ou défendu, favorisant les uns et gênant les autres. La prétention de ne pas discriminer les orientations sexuelles signifie appliquer un critère rigoureusement égalitaire à tous les choix, quels qu’ils puissent être, en matière de sexualité humaine. Un critère égalitaire cohérent portera à protéger juridiquement toute forme de désordre moral, allant des unions homosexuelles à la pédophilie et à l’inceste, au moins pour tous les sujets consentants, sauf bien sûr une violence explicite. »

« En outre, toute critique publique d’un comportement considéré comme désordonné et immoral constitue une forme de  discrimination (…). Le 9 novembre dernier, l’Observatoire sur l’intolérance et la discrimination contre les chrétiens en Europe a fait parvenir à l’OSCE (Organisation pour la Coopération et la Sécurité en Europe) un rapport sur la situation de la liberté religieuse dans le continent. L’Observatoire a enregistré au cours des six dernières années plus de 800 cas en Europe dans le cadre desquels la liberté des chrétiens d’exprimer publiquement leurs idées a été lourdement violée. Nombre de ces cas se réfèrent à l’interdiction de manifester publiquement leur contrariété à l’avortement ou au mariage homosexuel. »

En septembre 2008 déjà,  Bruno Gollnisch  notait que le Parlement européen, au lieu de «  jouer à l’ONU et de prétendre  établir le règne des droits de l’homme partout dans le monde », « ferait mieux de balayer devant sa porte ». « En France, en Belgique, en Allemagne, en Autriche, des milliers de citoyens, y compris des universitaires, des publicistes, des élus mandatés par leurs compatriotes, sont poursuivis, condamnés, ruinés, privés de leur emploi, emprisonnés, accusés de racisme pour avoir critiqué l’immigration, de xénophobie pour avoir défendu la légitime préférence nationale, de négationnisme pour avoir critiqué les  vérités officielles  mais changeantes de l’histoire contemporaine, d’homophobie pour avoir exprimé une légitime préférence pour la famille naturelle, la seule à même de transmettre la vie. »

Bruno Gollnisch s’inquiétait tout aussi officiellement, de «la multiplication et l’aggravation des législations françaises et des pratiques gouvernementales qui portent atteinte aux libertés publiques (qui) préoccupent de plus en plus de nombreux juristes français et européens. Il est vrai que sous le prétexte de policer le discours, s’instaure, dans notre pays, une véritable et implacable police de la pensée. La répression des libertés publiques, instaurée notamment par la loi Gayssot, vise dorénavant à priver de leurs biens, de leurs droits civiques, de leurs emplois et même de leurs droits familiaux, des personnes avec lesquelles on peut être en total désaccord, mais qui n’en sont pas moins des citoyens honnêtes ».

Il appelait ainsi «  tous les Français à défendre simplement le principe de la liberté dans une société où elle ne cesse de se restreindre, sous prétexte de lutte contre le racisme, la xénophobie, le révisionnisme, l’homophobie etc… C’est par un combat de résistance aux pratiques répressives qui poussent à la criminalisation des personnes que nous ferons reculer l’obscurantisme et l’intolérance qui ont submergé la nation et l’Europe. Cette liberté qui, selon les propres termes de la Cour européenne des Droits de l’Homme (arrêt Hadyside du 7/12/1976), « vaut non seulement pour les informations ou  idées  accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent l’Etat ou une fraction quelconque de la population ».

Nous en sommes loin !