PS carte de visite

SIEL

Par Karim Ouchikh, président exécutif du SIEL le 24/02/2013

Avec une constance idéologique qui n’a d’égal que son aptitude à dissimuler ses intentions véritables, la gauche a décidé d’anéantir les fondements séculaires qui structurent en profondeur la société française. Au fil de réformes ‘‘sociétales’’ habilement programmées, une puissante offensive souterraine est à l’œuvre : celle-ci demeure dès lors bien peu perceptible par une opinion publique largement anesthésiée par la propagande libertaire du système politico-médiatique en place.

Les signes récents qui se multiplient ici ou là nous persuadent en tous les cas de la détermination des activistes de la gauche institutionnelle, aujourd’hui solidement installée à la tête de l’Etat, à bouleverser patiemment tous nos repères ancestraux au nom d’une conception dévoyée de la modernité, en réalité toute acquise aux dogmes permissifs du matérialisme ambiant. Au cœur de ce projet politique subversif, un objectif domine : la destruction méthodique du cadre anthropologique qui configurait depuis toujours la conception universelle de l’homme, dans le but inavoué de promouvoir l’émergence d’un homme nouveau qui serait dépouillé des attributs de son irréductible dignité.

Contre l’avis de la majorité silencieuse des Français, le pouvoir socialiste s’apprête à adopter la loi autorisant le ‘’mariage’’ entre personnes homosexuelles, en attendant de faire inscrire dans notre droit ses inévitables prolongements législatifs, de la procréation médicale assistée à la gestation pour autrui : après avoir fait son entrée discrète dans les manuels scolaires dès la rentrée 2011, la théorie anglo-saxonne du gender, - qui récuse la différence naturelle des sexes pour mieux promouvoir une conception déstructurée de la sexualité - trouve ici une formidable consécration normative. Pour convertir les esprits, surtout les plus vulnérables, les prosélytes ne manquent pas à l’appel : appliquant par avance les consignes de son collègue au gouvernement, Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, qui invitait début janvier 2013 les recteurs d’académies à « s’appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités », Najat Vallaud-Belkacem n’a-t-elle pas su, en ministre zélée, porter la bonne parole dans l’enceinte des établissements scolaires dès octobre 2012 pour y vanter les mérites du ‘‘mariage’’ homosexuel auprès de nos chères têtes blondes !

Puisque que le terme de parent remplacera sous peu celui, beaucoup moins neutre, de père et mère, - non sans ce séisme législatif ne bouleverse par ailleurs les règles de la filiation - pourquoi, dans la foulée, ne pas profiter de cet effet d’aubaine, au nom de la « lutte contre les stéréotypes », pour débaptiser l’école maternelle et remplacer cette appellation, comme le suggère Sandrine Mazetier, député PS, par la dénomination de « première école » ou celle d’« école élémentaire » qui neutraliserait enfin toute « charge affective maternelle » ! Témoignant d’une volonté sournoise d’abolir toutes les différences y compris et surtout dans le champ sémantique, cette proposition passablement surréaliste a pour elle malheureusement d’être en cohérence avec l’esprit du temps présent : n’est-ce pas en effet sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy que l’usage administratif du mot « mademoiselle », au parfum si suranné, fit les frais de cette détestable « novlangue » à raison de son caractère jugé « discriminatoire ». Georges Orwell, encore et toujours….

Pour nos gouvernants socialistes, la mutation anthropologique doit s’accompagner d’une révolution toponymique qui épouserait une mémoire historique ‘‘revisitée’’, exclusive autant que possible de toute allusion à l’histoire de l’Ancien régime ou au passé colonial de la France. La refonte controversée de nos manuels scolaires, expurgés ces dernières années des références traditionnelles aux évènements marquants de l’Histoire de France ou de toute lecture chronologique de notre passé, encourage bien des municipalités socialistes à normaliser leurs toponymie, à l’exemple de la municipalité de Rouen qui a débaptisé récemment le ‘‘Salon Louis XVI’’ de l’hôtel de ville pour le renommer "Salon République", postérité révolutionnaire oblige ; car nul ne doit ignorer que la France est bien née sous X en 1789 ! Sous le prétexte commode d’attribuer le nom du poète Aimé Césaire, alors disparu, à un lieu de la ville de Gonesse, n’a-t-on pas vu dans le même esprit les édiles socialistes de cette commune du Val d’Oise, quelques années plus tôt, profiter de la circonstance pour débaptiser au passage la place Maréchal Lyautey dont le nom est assurément beaucoup moins conforme au politiquement correct ?

En relançant récemment la question du droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales, le pouvoir socialiste exhume enfin, dans un dessein purement électoraliste, une promesse de campagne présidentielle qui heurte profondément les traditions républicaines de la France. Sur cette question éminemment symbolique, on oublie trop souvent que le droit de vote a toujours été, en France, indissociable de la citoyenneté que seule confère, en droit, la qualité de ressortissant français. Alors que, sous l’effet anxiogène d’une immigration devenue incontrôlable, la population de notre pays se recompose en profondeur, - altérant par là-même l’homogénéité des traits culturels d’une civilisation encore marquée par sa dimension catholique traditionnelle - le maintien légitime du lien indissoluble entre le droit de vote et la nationalité demeure vital : concevoir autrement le droit de vote serait donc porté ouvertement atteinte aux ressorts d’un ‘‘pacte républicain’’ depuis toujours ordonné au bien commun.

De fractures anthropologiques en ruptures consommées avec les traits authentiques de notre civilisation, jusqu'où ira donc la frénésie dogmatique d’une oligarchie socialiste qui se sait cependant bien peu soutenue par une base militante davantage préoccupée par les questions économiques et sociales ?

Nul ne le sait encore mais, avec une droite parlementaire frileuse, qui peine à tenir un discours véritablement décomplexé sur toutes ces questions capitales, il y a urgence à réagir intensément pour ceux qui, refusant pareilles dérives mortifères, entendent ne pas se soumettre à la dictature du relativisme absolu : les partisans résolus d’un conservatisme éclairé doivent désormais prendre le maquis, dans l’action politique comme dans le débat des idées, en demeurant fidèlement attachés au credo des valeurs spirituelles et morales de la France.

Texte paru dans l’Action française du 21 février 2013 (AF 2857)