Préfecture de Haute-Saône Vesoul

L'Est républicain

Le 05/03/2013

Vesoul. Il voulait parler au préfet. Un coup de fil au standard de la préfecture de la Haute-Saône mercredi dernier, et cet aimable interlocuteur tombe sur la secrétaire de l’administration. Sans se présenter ni préciser l’objet de son appel, l’individu veut que la standardiste lui passe illico le représentant de l’État, Arnaud Cochet. Impossible, lui rétorque la fonctionnaire qui veut en savoir plus. Elle n’a pas été déçue. « Ferme ta gueule, je vais le tuer le préfet », lance l’intéressé, réitérant les menaces de mort.

Saisie de cette conversation cavalière, la police a tout de suite tiré sur la ficelle du numéro de téléphone de l’indélicat. Et à en croire les émanations matinales et alcooleuses, lorsque les policiers se sont présentés à son domicile, vendredi dernier, il n’était pas que sur liste rouge. Mais aussi abonné au rouge tout court.

Âgé de 58 ans, sans emploi depuis que son permis lui a été retiré en décembre pour conduite sous l’empire de l’alcool, l’intéressé qui réside sur le canton de Combeaufontaine a reconnu les menaces proférées, selon lui, « sous l’effet de l’alcool ».

Au cours de sa garde à vue, qui a duré toute la journée de vendredi, ce dernier a expliqué qu’il avait appelé en direct pour voir si le préfet ne pouvait pas faire quelque chose pour qu’il puisse récupérer son précieux papier rose.

À tout hasard, et en attendant que le tribunal se penche sur le cas de cet homme, le 20 juin prochain, la police a saisi la carabine 22 long rifle retrouvée au domicile du quinquagénaire.