SIEL

SIEL

Le 05/03/2013

En ce début d’année 2013, le paysage politique français se décante peu à peu : confrontée aux réalités de la pratique gouvernementale, la gauche plurielle au pouvoir dissimule de moins en moins l’ampleur de ses échecs et de ses reniements quotidiens ; de son côté la droite parlementaire, minée par les querelles de personnes, qui cachent autant d’hésitations doctrinales, ou l'absence béante de tout souci intellectuel, se cherche encore un destin dans les cœurs de nos compatriotes, souvent disposés à l'écouter, mais plus souvent encore retenus par le spectacle qu'elle donne, politicien jusqu'à la caricature, et par une désunion chronique qui prolonge l'hégémonie multiforme d'une gauche pourtant vermoulue. La France reste la grande oubliée de ces jeux politiciens dont le caractère artificiel éclate de jour en jour plus clairement. Au fond, chacun constate que la gauche et la droite institutionnelles communient largement aux mêmes abandons libertaires et mercantiles, en étant également résignés, devant les fausses fatalité mondialistes, à laisser la France sortir de l'Histoire. De ce point de vue, la crise économique et politique actuelle sert ainsi de prétexte commode aux partisans d’un horizon politique post-national pour accélérer l’intégration à marche forcée des Etats européen dans les pièges d’une Union qui n'a plus d'autre but que de se fondre dans une vaste zone de libre-échange atlantique qu'une propagande totalitaire présente aux peuples latins et européens comme une fatalité, l'accomplissement d'une mondialisation qui n'est qu'une vaste américanisation du monde et pour commencer de l'Europe.

Devant pareils défis, l’heure sonne de la mobilisation de tous les patriotes français ; celle-ci requiert que toutes les énergies nationales soient au rendez-vous du rassemblement du peuple français (sur une certaine idée de la France) ; mais l'histoire des idées avance vite et après nous devons prendre en compte une réalité qui s'est imposée depuis dix ans, l'échec puis l'effacement de Jean-Pierre Chevènement : alors que l'idéal patriotique s'est évaporé dans tous les rangs d'une gauche finalement résignée au mondialisme et qui oublie et même tente d'effacer la mémoire nationale, le sentiment patriotique est plus vivace à droite, ouvrant de ce côté-ci de l’échiquier politique des perspectives nouvelles, à bien des égards prometteuses.

Depuis sa fondation le 24 mars 2012, le SIEL occupe une place singulière parmi les forces qui composent la droite patriote : cultivant depuis toujours une volonté, éprouvée par le combat électoral, de placer le logiciel souverainiste au cœur du débat politique français, le SIEL a fait le choix d’associer son combat à celui mené par Marine Le Pen, au sein du Rassemblement Bleu Marine, tant il est vrai que la présidente du Front National incarne, face à la congrégation épuisée des partis du Système la relève politique que les Français attendent depuis longtemps.

Situé au carrefour des forces patriotes qui se reconnaissent dans la figure désormais emblématique de Marine Le Pen, le SIEL entend jeter les bases d’une synthèse nationale, - regroupant les forces du Rassemblement Bleu Marine et les patriotes dispersés au sein des formations politiques de la droite, y compris de la droite parlementaire,- qui passerait par l’élaboration d’un programme commun de redressement national et la mise en place d’une stratégie électorale de reconquête. Tel est le sens du Forum National des Droites que le SIEL organise à Dourdan (91), les 12, 13 et 14 avril 2013, et dont l’intitulé illustre à lui seul l’ambition, à douze mois d'élections municipales qui fourniront l'excellente occasion de faire bouger les lignes politique à travers tout notre territoire : c'est l'heure d'affirmer nos valeurs communes pour réussir la reconquête, d'abord idéologique et culturelle, puis politique.

Par-delà les rangs de ses militants et sympathisants, le SIEL appelle tous les Français attachés à la préservation et au rayonnement de la civilisation française à participer en nombre à une manifestation refondatrice qui posera les jalons de la nécessaire reconquête des esprits, des cœurs et des volontés.

Les trois temps forts du Forum national des Droites

I. La vie militante

Vendredi 12 avril après-midi

Rendez-vous privilégié de l’action militante, cette demi-journée sera l’occasion pour les sympathisants et militants du SIEL de s’informer et de se former, dans la perspective des échéances municipales.

II. Quelle(s) souveraineté(s) pour la France du XXIème siècle ?

Samedi 13 avril

Consacrée au débat d’idées, cette journée sera dominée par les interventions de personnalités intellectuelles et politiques autour de la notion des trois souverainetés : la souveraineté de la Nation qui entrave toutes les aliénations institutionnelles ; la souveraineté de l'Etat qui s’oppose à toutes les féodalités intérieures ; la souveraineté culturelle qui sauvegarde les traits de la civilisation française.

Un débat ouvert au public clôturera cette journée de réflexion

III. Réussir la reconquête politique par l’union des droites

Dimanche 14 avril

Comme toujours, pour être féconde, la réflexion sera tournée vers l’action, avec comme cible politique prioritaire, la victoire par les urnes en 2014. Pour aborder les questions nombreuses (composition des listes ; alliances électorales inédites ; organisation pratique…) liées aux enjeux des municipales, de nombreux intervenants seront au rendez-vous, avec comme idée originale d’ouvrir le dialogue politique entre des personnalités d’envergure nationale et des figures politiques locales pour bâtir partout en France des listes communes.