Mariage Marianne

Depuis plusieurs mois maintenant les Français sont aux prises avec des difficultés qui touchent à l'essentiel de leur existance : le travail, le logement, le chauffage le plein en énergie de leur moyen de locomotion et même, la nourriture. L'arrivée de François Hollande et de sa cohorte venus de la rue de Solférino et de la rue Chaudron, ont certainement dans les premières semaines, donnée du baume au coeur à l'électeur et à l'électrice qui avait le 6 mai dernier choisis le socialiste par rapport au...sarkozyste.

De toute façon, tous savaient fort bien que mettre l'un sur le trône elyséen ou remettre celui qui y était assis jusque-là n'allait pas changer grand chose, tellement la copie était et est toujours, semblable.

Bref, les Français se doutaient bien que l'homme "du changement" n'allait pas changer beaucoup de chose. Toutefois, ils se trompaient. Sérieusement même qu'ils se trompaient. Puisqu'en quelques mois, les demandeurs d'emplois allaient augmenter d'une façon dramatique, les agressions de toutes natures allaient s'envoler et le plus important, le code civil allait se voir révisé!

Pour ce qui est des deux premiers points soulevés, monsieur Hollande, il faut bien le reconnaître, avait hérité en grande partie des résultats des gouvernements Raffarin, Villepin et Fillon, mais pour le troisième... Sachant qu'il n'allait forcément pas faire de miracle au point de vue économique et social, le président de la République a donc mis en chantier sa révision sociétale : le "mariage pour tous".

Quémandé avec force et détermination par de nombreux partis et mouvements politiques -de gauche- et soutenu par de multiples associations "progressistes", le "mariage pour tous" n'est autre que le nom officiel d'un mariage homosexuel.

Malgré la présence dans les rues de Paris le 13 janvier dernier de près d'un million de personnes opposés à ce changement radical, d'une pétition rassemblant 700 000 signatures, le gouvernement ne veux pas bouger d'un iota et cerise sur le gâteau le sénateur de Haute-Saône Jean-Pierre Michel (PS) rapporteur du projet de loi au Sénat a même refusé de recevoir les opposants à cette loi...

Personnellement, j'aurais préféré qu'un autre projet voit le jour. Une "union civile" comme il en existe dans de nombreux autres pays aurait pu être créée laissant au mariage son caractère principal qui est de formaliser l'union d'un homme et d'une femme.

Dans ma famille, deux des enfants de mes cousins et cousines sont homosexuels, cela n'est pas un choix, c'est une constatation d'une chose intime qui nous dépasse. Et puis ne faut-il pas se poser la question de savoir ce qu'il adviendrait si l'un de nos enfants nous disait un jour qu'il l'est ? Moi si.

J'estime que chaque personne à le droit de vivre comme il l'entend, de partager ses sentiments comme il le souhaite à la seule condition de respecter les lois en vigueur. De ce fait, je trouves totalement aberrant l'attitude des socialistes de refuser tout véritable débat et d'une absurdité infinie l'attitude du sénateur Michel qui crache ainsi à la figure des opposants au "mariage pour tous".

Eux aussi ont droit à la parole !

Guillaume Schirer