Waquet FN

FN

Communiqué de Presse de Jean-Yves Waquet, Conseiller « Défense » de Marine Le Pen du 14/03/2013

A l’approche de la sortie du nouveau Livre Blanc, sans cesse retardée, des bruits de plus en plus alarmants circulent au sujet des coupes budgétaires qui affecteraient le budget de la Défense dans la future loi de programmation militaire. Après que le Chef d’Etat-Major des Armées, l’Amiral Guillaud, eut laissé entendre, lors de sa réponse à une question de Jean-Jacques Bourdin, que l’hypothèse d’une baisse de l’effort de défense à 1,2% du PIB n’était pas exclue, c’est un article de Jean Guisnel, spécialiste des questions de défense qui sonne l’alarme.

Le journaliste, généralement bien informé, évoque deux hypothèses, en parlant d’une « apocalypse budgétaire » pour les armées. L’hypothèse « Z », dite de survie, est déjà terrible : elle conduirait à la perte de 30 000 nouveaux emplois dans les armées et 15 000 dans l’industrie de défense. Dans cette hypothèse, l’armée de terre perdrait sa capacité de projection et serait par exemple incapable de refaire l’opération « Serval ». Dans l’hypothèse « Z », défendue par Bercy, ce serait l’apocalypse : elle pourrait conduire au désarmement du groupe aéronaval, l’abandon de l’avion de transport stratégique A 400, l’arrêt des commandes d’hélicoptères et d’avions de combat, et la forte diminution des Frégates FREMM et nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque, enfin la suppression de 30 régiments et 50 000 postes et autant dans l’industrie de défense !

En clair ces deux hypothèses, même la première, sont totalement inacceptables et auraient pour conséquence, non seulement la fin de notre capacité autonome de défense, gage de notre indépendance et de notre souveraineté, mais aussi l’abandon de la sécurité de notre patrimoine océanique mondial et celle de nos DOM/COM. Mais c’est aussi notre capacité même à défendre le territoire national et à assurer la sécurité des citoyens qui serait mise en cause. Il est donc temps de mettre en garde le Président de la République, Chef des Armées et garant de notre sécurité, mais aussi tous les responsables politiques au pouvoir, contre ces menaces de disparition de notre Défense dont ils devraient assumer la responsabilité devant l’histoire si elles se confirmaient.