Budapest Hongrie

Bruno Gollnisch

Le 14/03/2013

Dans une tribune publiée 27 janvier 2012 sur ce blog, Bruno Gollnisch avait dénoncé les attaques des bruxellois contre la Hongrie et le gouvernement du Premier ministre conservateur Viktor Orban. Un homme coupable de défendre les valeurs helléno-chrétiennes, une vraie politique familiale, nataliste, d’accueil de la vie, et désireux de ne pas se laisser imposer les oukases des cénacles européistes. Budapest est de nouveau cette semaine la cible des adversaires de la souveraineté des Etats-nations et de l’Europe des patries. Porte-parole de la doxa officielle, Le Monde s’en est ému le 12 mars. Prenez la mesure du scandale braves gens : « Insensible aux critiques des dirigeants européens comme aux réserves des Etats-Unis », la Hongrie (aurait) franchi un pas de plus dans la réduction des libertés démocratiques en faisant adopter par le Parlement, lundi 11 mars, un amendement à la Constitution qui place de fait les pouvoirs législatif et exécutif au-dessus du pouvoir judiciaire . »

Dans les faits a relevé un communiqué du Front National, cette révision entraîne notamment et plus prosaïquement une « réaffirmation du principe de la primauté du droit national hongrois sur celui de l’Union européenne ». « Ce qui est en réalité le point précis qui horrifie les européistes et qui constitue en quelque sorte une véritable victoire souverainiste pour les Hongrois. »

Cette volonté de s’émanciper des diktats de l’Union soviétique européiste a fait bondir les membres du Politburo de Bruxelles et Le Monde rapporte que celle-ci « a réagi avec une rapidité et une unité inédites au vote des législateurs à Budapest ». « Un communiqué commun du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et du secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorjborn Jagland, souligne que ces nouvelles modifications de la Loi fondamentale hongroise soulèvent des préoccupations en ce qui concerne le principe de la primauté du droit, le droit de l’Union européenne et les normes du Conseil de l’Europe ».

Au cas où le message ne serait pas assez clair, le quotidien du soir précise que « C’est en effet la première fois qu’un pays membre de l’Union, à laquelle la Hongrie a adhéré en 2004, s’aventure aussi loin des valeurs communautaires (sic), construites sur les ruines des dictatures fasciste et communiste qui avaient dominé le continent européen. » La bête immonde est de retour, des salauds veulent se réapproprier leur souveraineté et en user !

Un des plus virulents contre cette décision des représentants du peuple hongrois a été le président de l’Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l’Europe (ADLE),  le belge Guy Verhostadt, vertement « recadré » par Bruno Gollnisch hier dans l’hémicycle -voir la vidéo mise en ligne aujourd’hui sur notre blog.

Notons au passage que les 35 députés de l’opposition nationale siégeant à l’Assemblée hongroise , nos amis du Mouvement Jobbik membre de l’Alliance Européenne des Mouvements nationaux (AEMN) présidée par Bruno Gollnisch,  se sont abstenus et que ce texte a été adopté par 265 voix. Seuls 11 députés ont voté contre.

Sur le site Nouvelles de France, Olivier Bault constate qu’«après trois ans à la tête du pays,  un sondage réalisé du 22 au 25 janvier pour Nézőpont Intézet, indique que si des élections avaient lieu aujourd’hui, le Fidesz (parti majoritaire de M. Orban) obtiendrait 48 % des voix, devant les socialistes (18 %), Jobbik (15 %) et le mouvement gauchiste « Ensemble 2014 » (12 %).

« L’eurodéputé Daniel Cohn-Bendit doit être vert de rage, lui qui prétendait sans vergogne lors d’une audition du Premier ministre hongrois devant le Parlement européen que ses amis juifs à Budapest lui disaient avoir peur sous le gouvernement Orban. Mais cet ancien militant d’extrême-gauche connaît-il seulement des juifs qui résident à Budapest ? ».

Une popularité indéniable« dans un contexte économique extrêmement difficile, alors que son gouvernement a fait voter pas moins de 365 lois nouvelles au cours de sa première année d’exercice du pouvoir pour réformer le pays, et que la gauche libertaire, qui domine aussi dans les médias hongrois, lui est terriblement hostile ».

Oliver Bault cite les réformes courageuses qui ont été entreprises : « : réduction de 5 % du nombre de fonctionnaires, réduction à 8 du nombre de ministères, division par 2 du nombre de députés, interdiction faite aux ministres de verser des primes aux hauts fonctionnaires tant que le budget du pays est en déficit, rejet des conditions du FMI et, tenez-vous bien, réduction des déficits publics en dessous des fameux 3 % du PIB malgré la crise. »

Mieux encore, « En l’absence d’aide du FMI, ce sont les grandes multinationales qui ont dû mettre la main à la poche pour contribuer à la résorption des déficits accumulés par les gouvernements socialistes qui ont précédé le Fidesz au pouvoir : banques, grande distribution, compagnies de télécommunications, compagnies énergétiques…

Et de noter fort justement que ce déchaînement de Bruxelles, Washington et de leurs relais politico-médiatiques contre la Hongrie s’explique en effet grandement par cette « taxation », « en raison de l’influence des grandes multinationales sur les médias et les décideurs politiques. »

Bref,  cette résistance victorieuse des Hongrois est à saluer affirme Bruno Gollnisch, et aujourd’hui, pour plagier le sinistre Cohn-Bendit, nous pouvons clamer haut et fort que Nous sommes tous des chrétiens hongrois !