Vesoul (70) Palais de Justice

Le Pays

Par Pascal Chevillot le 03/04/2013

Le procès de Yacine Sid, le jeune Beaucourtois soupçonné d’avoir tué Pierre Nasica, s’ouvrira jeudi devant la cour d’assises de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort. Le procès de Yacine Sid, le jeune Beaucourtois soupçonné d’avoir tué Pierre Nasica, s’ouvrira jeudi devant la cour d’assises de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort à Vesoul. Le verdict est attendu pour le vendredi 12 avril.

Les deux parties espèrent, chacune de leur côté, une issue satisfaisante au procès de Yacine Sid, qui s’ouvre jeudi devant la cour d’assise de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort dans l’affaire du meurtre de Pierre Nasica.

Les avocats de la défense, Mes Alain Dreyfus-Schmidt et Patrick Uzan, soutiendront l’innocence de leur client et plaideront l’acquittement. La partie civile, représentée par Me Yves Bouveresse, entendra surtout restaurer publiquement l’honneur et l’image de la jeune victime, présentée à un moment par l’accusé comme un dealer. Une hypothèse qu’a totalement écartée l’accusation dans son réquisitoire.

Par-dessus tout, la famille, qui ne s’attend à aucunes excuses de l’accusé, espère des aveux et cerner les motifs réels du meurtre de leur fils, élève du lycée Condorcet de Belfort, qui allait fêter ses 16 ans, dont l’enquête de moralité démontre qu’il était sans histoire. Auparavant, il leur faudra endurer sept jours de procès où seront évoqués les faits en détail et la mort atroce de Pierre.

Mon client est le coupable idéal parce qu’on n’en a pas trouvé d’autres

Le cauchemar pour cette famille estimée débute le 27 novembre 2010. Inquiets de ne pas le voir rentrer de Belfort, les époux Nasica, domiciliés à Dampierre-les-Bois, signalent, à la gendarmerie, la disparition de leur fils. Ce signalement est prolongé par les amis de Pierre sur les réseaux sociaux et par la distribution de tracts.

L’espoir s’évanouit définitivement après la découverte de l’adolescent le 1er décembre 2010, dans une casemate, au pied de la citadelle de la Cité du Lion. Les mains liées à l’avant du corps, il est lardé de 25 coups par arme blanche, au niveau de la tête, du thorax, du cou et du visage.

L’enquête, confiée à la police belfortaine et à la police judiciaire de Besançon, s’oriente rapidement sur celui qui se décrit comme « le meilleur ami » de la victime. Il est mis en examen le 20 janvier 2011 et écroué.

Dès le début de l’instruction, les avocats de la défense, qui ont multiplié les demandes de mise en liberté, considèrent Yacine Sid « comme bien trop frêle par rapport à Pierre Nasica pour commettre le crime ».

« Mon client est, pour l’accusation le coupable idéal parce qu’on n’en a pas trouvé d’autres » , s’emporte Me Dreyfus-Schmidt. « Il est surtout la dernière personne à avoir vu Pierre vivant. C’est aussi mon client qu’on aperçoit sur les caméras de vidéosurveillance, en compagnie de Pierre, dans la traversée d’une partie du centre de Belfort ».

Dans sa dernière version, Yacine Sid soutient avoir organisé un trafic de stupéfiant avec la victime. Toujours d’après lui, le jour du drame, les deux amis avaient rendez-vous avec trois dealers, dans un kebab de Belfort, pour évoquer une dette de 600 euros. Le Beaucourtois aurait alors laissé son copain aux prises avec le trio.

L’accusé a baladé les enquêteurs avec cette histoire de dealers

« Il ne s’est pas présenté à la police de peur de représailles » , précise Me Uzan lors de la reconstitution du 10 mai 2012. Des déclarations que M. Bouveresse juge fantaisiste. « L’accusé a baladé les enquêteurs avec cette histoire de dealers », déplore-t-il

L’avocat met en avant un litige qui opposait les deux amis à propos d’escroqueries à la carte bleue faites par l’accusé à l’insu de Pierre. Toujours d’après la partie civile, ils avaient rendez-vous le jour du meurtre pour en discuter. Et l’avocat rappelle l’autre élément à charge : le fait que l’accusé a changé de vêtement lorsqu’il arrive à son travail le samedi après-midi. L’accusé encourt trente années de réclusion criminelle.

Le verdict est attendu, en principe, le 12 avril. Sauf coup de théâtre.