Police saisie de stupéfiant

La Dépêche

Le 03/04/2013

La PJ d'Agen vient de faire tomber un cercle d'importateurs présumés de cannabis marocain. Un réseau actif qui alimentait le Fumélois, surveillé de près par les fins limiers agenais.

Un réseau d'importateurs présumés de cannabis vient d'être démantelé par l'antenne agenaise du SRPJ de Toulouse. Des arrestations qui ont eu lieu jeudi dernier dans la soirée sur l'autoroute A62 à Moissac, où quatre suspects rentraient d'un voyage d'approvisionnement en Espagne en possession de 10 kg de résine de cannabis. De la drogue cultivée au nord du Maroc transitant par la péninsule Ibérique et vouée à alimenter le marché fumélois. Fumel représentant la «plaque tournante» de ce juteux trafic destiné à arroser le département. Les policiers de la PJ d'Agen travaillaient dans le plus grand secret depuis 2011 à remonter l'intégralité de la filière : des simples consommateurs, aux dealers jusqu'aux grossistes et importateurs. Les quatre individus interceptés sur l'autoroute sont âgés entre 30 ans et 40 ans. Un est lot-et-garonnais, un second toulousain et deux autres natifs du Maroc, mais installés à Barcelone. Tout ce petit monde avait monté un «business» bien huilé assurant l'acheminement et la livraison directe des confins de la région du Rif aux portes de Fumel.

10 kg par trimestre

La cargaison était convoyée en voiture après avoir franchi clandestinement le détroit de Gibraltar, au rythme d'un arrivage en Lot-et-Garonne par trimestre d'une dizaine de kilos. Une résine dont la réputation de pureté et de qualité exceptionnelle avait induit ce commerce florissant synonyme de clientèle satisfaite. Parmi les cibles interpellées jeudi dernier par la PJ, un homme soupçonné de faire office de revendeur dans la vallée du Lot. Une fille a également été placée en garde à vue, puis relâchée. Au terme de 96 heures de garde à vue, disposition prévue par la loi en matière de trafic d'envergure de drogue, les trafiquants présumés âgés entre 25 ans et 40 ans ont été déférés lundi au parquet d'Agen, mis en examen et écroués.

La PJ d'Agen agissait sur commission rogatoire dans le cadre d'une information judiciaire ouverte du chef d'importation et de trafic. Un travail d'enquête pugnace de la PJ d'Agen réalisé au fil des mois en exploitant des informations, en montant des planques et exerçant des surveillances discrètes. Suite à une filature de ce convoi spécial de véhicules depuis la frontière espagnole, les policiers sont passés à l'action jeudi, mettant un coup d'arrêt à ce trafic sur la base d'une saisie de cannabis en flagrant délit.