Philippot Freyming-Merlebach

FN

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National du 05/04/2013

Les privatisations partielles évoquées dans le Wall Street Journal par Arnaud Montebourg, dans la foulée de la vente de 3,12% de Safran déjà annoncée, signent l’absence totale de stratégie industrielle d’un gouvernement embourbé dans le court-termisme budgétaire.

Comme ses prédécesseurs, ce gouvernement est prêt en effet à vendre les bijoux de famille de la France pour résorber très partiellement et très temporairement des déficits colossaux. Alors même que ces actifs stratégiques sont souvent des sources importantes de revenus pour l’Etat et des outils potentiels de notre redressement économique !

Et lorsque l’Etat aura revendu l’intégralité de ses parts dans les entreprises, que fera-t-il ? Mettra-t-il en vente le château de Versailles ou le Louvre pour espérer remplir un peu les caisses ?…

On ne résorbera la dette et les déficits qu’en créant les conditions de la croissance et en faisant les économies nécessaires sur la mauvaise dépense publique : coût de l’immigration massive, de la fraude, de la décentralisation anarchique, coût de l’Union européenne et du renflouement insensé de l’euro.