Tribunal de Vesoul 1

FN

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 10/04/2013

Ce 8 avril, à Vesoul, le jeune Yacine Sid a avoué le meurtre à l’arme blanche de son « meilleur ami » parce que ce dernier refusait de l’aider à rembourser ses dettes envers un « dealer ».

Ce crime, s’il est confirmé par le verdict, s’ajoutera à la longue liste des crimes et délits dus à la drogue : ceux pour lesquels cette cause est évoquée par la presse, et ceux, bien plus nombreux encore, pour lesquels elle est tue.

Cette situation est insupportable pour tous les parents de France. Plus encore lorsqu’ils constatent que les ministres de notre gouvernement n’ont à la bouche que les mots « salles de consommation de drogue à moindre risque » et « dépénalisation ».

Marine Le Pen rappelle aux équipes de soixante-huitards anachroniques qui tiennent lieu de gouvernements à la France depuis si longtemps qu’en Suède, l’expérience libérale en matière de drogue remonte aux années … soixante, et que ce pays a depuis bien longtemps tiré les leçons de cette expérience désastreuse.

Elle rappelle également au gouvernement, et notamment à son ministre de l’Education nationale que la France, signataire de la Convention internationale des droits de l’enfant, s’est engagée aux termes de l’article 33 de cette Convention à prendre toutes mesures appropriées pour protéger les mineurs contre l’usage illicite de stupéfiants et de substances psychotropes.

Elle appelle donc le gouvernement à adopter enfin une attitude pragmatique sur ce sujet extrêmement grave. Elle demande à ce que la France puisse mettre à profit l’expérience riche d’enseignements des pays qui, comme la Suède, mènent de front, et avec succès, des politiques effectives de prévention, de soin et de répression, sans lesquelles le fléau de la drogue continuera inexorablement de progresser dans notre pays, avec son cortège de malheur et de morts.

Il est bien évident à ce titre que la volonté du gouvernement actuel de dépénaliser la consommation de certaines drogues va clairement dans le mauvais sens.