Ouchikh

Rassemblement Bleu Marine

Communiqué de Karim Ouchikh, conseiller de Marine Le Pen à la Culture, à la Francophonie et à la Liberté d’expression, Président exécutif du SIEL du 17/04/2013

Avec la condamnation, lundi 15 avril, du grand pianiste turc, Fazil Say, à une peine de dix mois de prison avec sursis, pour délit de blasphème, la Turquie vient de porter gravement atteinte à l’exercice dans ce pays des libertés d’expression et de conscience. Pour avoir diffusé des commentaires anti-religieux sur son compte Twitter, – en réalité plus moqueurs que blasphématoires -, le célèbre artiste, par ailleurs connu pour son athéisme discret, fait ainsi les frais d’une justice inquisitoriale qui a déjà inquiété ces dernières années nombre d’écrivains turcs de renommée mondiale, de Nedim Gürsel à Orhan Pamuk, Prix Nobel de littérature.

Après la mise au pas de toutes les institutions du pays, la gouvernement islamo-conservateur de Recep Erdogan s’attache ainsi à imposer partout une chape de plomb confessionnelle, qui envahit désormais aussi bien l’espace public que les esprits, au mépris du caractère laïc de l’Etat turc voulu par son fondateur, Kemal Atatürk.

En s’attaquant de la sorte aux libertés publiques, le gouvernement d’Ankara contribue, – en se déconsidérant manifestement aux yeux de la communauté internationale -, à mettre la Turquie au ban des nations démocratiques, rendant plus que jamais illégitime l’intégration de ce grand pays dans un espace européen qui est décidément de moins en moins le sien. Devant ces entorses aux libertés fondamentales, Marine Le Pen et le Rassemblement Bleu Marine apportent un soutien sans faille à Fazil Say, injustement condamné, mais aussi à tous les partisans de la laïcité, aujourd’hui en lutte contre un obscurantisme religieux qui s’accroît dangereusement en Turquie.