police Fribourg

20 minutes.ch

Un père a été criblé de balles devant ses enfants, samedi soir à Frasses. Un proche évoque un règlement de comptes entre deux clans kosovars. Les deux tueurs courent toujours.

La tuerie a été préparée minutieusement. Il ne fallait laisser aucune chance à S.E. Cet Italien de 36 ans, actif dans la construction, a été abattu froidement de plusieurs balles alors qu’il rentrait chez lui, samedi avant minuit. Il avait à peine eu le temps de poser le pied hors de sa voiture que deux hommes déterminés ont ouvert le feu. La présence de sa femme et ses quatre jeunes enfants n’a visiblement pas troublé les plans des tueurs, qui ont fui à pied à travers champs. «Ma fille a entendu plusieurs rafales d’arme automatique», raconte un voisin. Sur les lieux, les nombreuses traces de craie dessinées par la police témoignent de l’acharnement des tireurs.

Un crime lié à la mafia?

S.E., un Kosovar naturalisé Italien après un premier mariage, était connu de la police. Selon un proche de la victime, cet homicide serait lié à la mafia albanaise. «Sa famille est en conflit ouvert avec un autre clan kosovar depuis plusieurs années, explique-t-il. D’autres meurtres ont déjà été commis dans le passé au pays par rivalité, c’est un cercle vicieux qui ne s’arrêtera jamais.» Selon nos informations, le père de S.E. aurait également été tué, et son frère aurait échappé de peu au même sort. «Maintenant que c’est remonté jusqu’en Suisse, ça va vraiment péter», craint notre source, qui préfère rester anonyme par peur de représailles. Un sentiment renforcé par le fait que les tueurs ont jusqu’à présent réussi à échapper aux forces de l’ordre.

Policiers sur les dents

«Vu la proximité de l’autoroute, ils peuvent déjà être très loin, note Pierre-André Waeber, attaché de presse à la police cantonale fribourgeoise. Mais les recherches se poursuivent. Aucune piste n’est à exclure. Ni le crime passionnel ou un conflit professionnel.»