Tribune UMP

Le Courrier Picard

Par Pascal Mureau le 11/05/2013

Pas d'alliance avec le FN pour les municipales de 2014, affirme l'état-major de l'UMP. Mais quid des accords locaux, comme celui en cours à Gamaches dans la Somme ?

Le constat est clair, l'UMP ne peut pas gagner sans le Front national. » À Gamaches, petit village proche de la côte picarde, dans la Somme, où l'électeur est friand de pêche à la ligne, le représentant local de l'UMP fait plus que lancer un bouchon d'essai. Arnaud Cléré, un éleveur de 34 ans, annonce avoir conclu un accord quasi passé inaperçu avec le délégué cantonal du FN. Une première en Picardie alors que la question des alliances entre UMP et FN vient d'être fermement tranchée par Jean-François Copé, président national du parti.

Le but des deux Gamachois : constituer une liste commune dès le premier tour des municipales de 2014. Si le fil ne casse pas d'ici là, le parti frontiste pourrait avoir six noms sur une liste de 21, deux cartés et quatre sympathisants. Pour en arriver là, Arnaud Cléré avoue avoir agi seul, sans le feu vert de sa fédération. « Je n'ai pas besoin de ma hiérarchie pour choisir les gens qui peuvent faire basculer la mairie à droite », annonce-t-il. « Et je ne me suis pas encore fait tirer l'oreille ! » Pas encore, mais peut-être bientôt... « Vous me l'apprenez, je tombe des nues », s'emporte Jérôme Bignon. L'ex-député du coin et secrétaire départemental de l'UMP ne veut pas en entendre parler. « Ma position est définitive : l'UMP ne fait pas d'alliance avec le FN. Je ne peux pas empêcher une initiative individuelle, mais à ce moment-là son auteur n'est plus à l'UMP. » La suite promet d'être coton. En fait, la situation à Gamaches n'est probablement que le premier des cas de conscience qui vont se poser à la droite dans les prochains mois.

Depuis la poussée de sa candidate à la présidentielle - qui a réalisé en Picardie son meilleur score en région - le FN se voit toucher au but : avoir des élus de terrain. Le parti frontiste n'a pas non plus oublié la législative partielle, fin mars, dans l'Oise. Sa candidate, bien qu'inexpérimentée, a failli ravir son fauteuil de député à Jean-François Mancel, figure de la droite départementale, sans que le PS local ait levé le petit doigt.

Le FN dépassé lui aussi ?

« Nous n'irons pas cachés, mais pas non plus la bannière au vent », confiait dernièrement au Courrier picard Michel Guiniot, leader régional du FN, organisateur de la campagne du Front au plan national. Cette fois, l'impatience des protagonistes semble avoir pris de vitesse même le parti frontiste ! « Rien n'est décidé, il n'y a encore aucune investiture », indique Michel Guiniot, surpris. « C'est nous qui sommes allés à la rencontre du candidat de la droite pour en finir avec trente ans de mairie de gauche », affirme néanmoins Mariel Houyelle, agent de sécurité, l'un des deux cartés FN devant figurer sur la liste conduite par Arnaud Cléré à Gamaches.

« Nous n'aurons qu'un seul logo, celui de notre liste Gamaches ensemble », précise l'intéressé. Après la banalisation, la fraternisation ? « Une ambiance amicale plutôt que purement politique », préfère dire le représentant de l'UMP qui risque donc une exclusion. Il espère tirer profit de la désunion de la gauche qui partira avec deux listes au premier tour. Mais d'ici là, qui sait si la fédération UMP n'aura pas imposé un candidat dans les clous, dûment investi...