Blandin EELV

Il paraît que désormais toutes les écoles de France -publiques j'entends- auront l'obligation de faire figurer sur leur fronton la devise de notre république et de hisser le drapeau tricolore. Super ! C'est là une bonne décision, mais qui, hélas, ne risque pas de changer grand chose dans les esprits. Cette décision a été prise par Vincent Peillon notre ministre en charge de l'Education nationale qui prône un civisme renforcé et n'hésite pas à enfiler la vareuse grise des "hussards de la République", vous savez les instituteurs de la "grande période" où l'école a pris son envol.

Patatras ! Moi qui pensait, naïvement, que la gauche avait finit par réfléchir un peu à l'incarnation physique et morale de notre nation, je retombe douloureusement sur terre : figurez-vous que la sénatrice écologauchiste  du Nord Marie-Christine Blandin  a estimé ce matin en commission du Sénat sur la réforme scolaire que notre hymne national est porteur d'une "hérésie scientifique", d'un "appel à la xénophobie" et même d'un "appel à la violence sanguinaire" !

"Je rêve du jour où il nous sera proposé une phrase alternative à ce petit morceau qui me semble vraiment porteur d'un doute affreux ".

Rien que ça ! Evidemment la sénatrice est une écologauchiste radicale et apparemment elle rejoint dans la "connerie monumentale" l'ex-candidate des Verts à la présidentielle Eva Joly qui avait rêver de métamorphoser le 14 juillet en une grande fête citoyenne avec un défilé sur les Champs-Elysées de chars en papier crépon d'où l'on jetterait des milliers de fleurs sur une foule de bisounours en folie...

Mais cette petite phrase, applaudie paraît-il, ne cache t-elle pas de nouveau une nouvelle rose pleine d'épines envers la France et contre tous les patriotes que s'apprête à sortir de son chapeau le magicien de supermarché François Hollande ?

On en saura plus très bientôt...

GS