Mandroux Montpellier mariage gay

Voilà, le grand chamboulement qu'attendait impatiemment les Français -et c'est une des raisons sans doute de l'élection de François Hollande à l'Elysée en 2012- mis en place par le gouvernement et sa majorité rose-pastèque : le premier mariage homosexuel a eu lieu ce soir dans la ville de Montpellier.

Ah ça on l'attendait impatiemment ce truc là !

La majorité politique née l'an passé avait prévenu elle allait certainement remettre le pays d'applomb, supprimer le fléau du chômage, réduire les inégalités devant l'emploi, faire en sorte que les citoyens de ce pays ne dansent pas en raison de la faim devant les buffets mais auparavant, il y avait des chose à faire : et parmi ces choses importantes il y avait l'égalité des sexes face au mariage.

Résultat des courses : Hollande et sa majorité aura réussi une chose formidable. En une année il s'est mis à dos une immense partie de la population. Il est évident que les Français qui avaient voté Hollande n'avaient probablement pas penser que la seule loi importante et qui allait marquer les esprits et le quinquennat de l'actuel Chef de l'Etat serait le mariage "pour tous".

Sur ce mariage là, celui de cet après-midi, me choque particulièrement non pas en raison de la cérémonie en elle-même, mais parce que le maire socialiste de Montpellier Hélène Mandroux en a fait une vaste opération de propagande aidé en cela par les "héros" du jour dont l'un est le représentant de la LGBT dans la région Languedoc-Roussillon. Filmé, photographié par une nuée de journalistes venus du monde entier, ce n'était pas un mariage, c'était la montée des marches du festival de Cannes.

Personnellement, je suis certain que nombre de personnes homosexuels sont assez perturbés par ce spectacle malsain et totalement disproportionné par rapport à la réalité.

Et puis, je ne peux m'empêcher de penser à ce qu'a dit à la presse Vincent Autin le marié, l'une des "stars" du jour, "c'est un premier pas dans l'égalité, le combat continue". Qu'est-ce à dire ?

On verra probablement une suite à ce joyeux programme : le changement c'est pas maintenant ?

GS