Marine Officielle 2

TF1 actualités

Par David Straus le 02/06/2013

C'est son pari : terminer en tête des élections européennes de 2014. Marine Le Pen estime dans Le Parisien Dimanche "qu'au rythme où vont les choses le Front national va terminer premier aux élections européennes de mai 2014".

"Les sondages nous placent déjà à 18%, alors que nous avions 10,5% en 2010. Nous allons avoir de vraies têtes de liste dans chaque grande région, des hauts dirigeants du parti et non des personnes inconnues comme le font l'UMP et le  PS", explique la présidente du Front national. François "Hollande tente de résister (à la commission européenne) sur  la forme, parce qu'il a bien compris que l'opinion est aujourd'hui eurosceptique", analyse la dirigeante frontiste. "Hollande est un président fantoche, comme l'était Sarkozy", assène-t-elle.
 
Si Marine Le Pen compte se servir d'une Europe qu'elle abhorre pour se tracer un destin national, c'est peut-être d'abord cette Europe qui pourrait contribuer à la mener devant les tribunaux français. Cette semaine, en effet, la commission des Affaires juridiques du Parlement européen s'est prononcée pour la levée de l'immunité parlementaire de la présidente du Front national. La décision finale sera prise le 11 juin en session  plénière. La France avait demandé en novembre 2012 au Parlement européen de lever  l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, après des propos tenus en 2010 établissant un parallèle entre les prières de rue des musulmans et l'Occupation allemande.
 
"NKM, la bobo de gauche, c'est l'idéal"
 
Questionnée sur les adhésions au FN, Marine Le Pen assure que celles-ci "augmentent à un rythme ininterrompu depuis la présidentielle" et se fixe comme objectif qu'elles franchissent "la barre des 100.000 adhérents à la fin de  l'année". La veille, le vice-président du Front national avait prédit un raz de marée bleu Marine pour les élections municipales de 2014, assurant que son parti enregistrait un record d'adhésions. "La vraie surprise, c'est qu'à Paris on fera un score à deux chiffres", avait annoncé Florian Philippot, raillant la primaire UMP en cours dans la capitale.
 
A ce propos, la présidente du parti d'extrême droite qualifie de "ridicule" les informations du Canard enchaîné selon lesquelles des militants  du FN auraientété incités à s'inscrire à la primaire UMP à Paris pour faire  battre Nathalie Kosciusko-Morizet. "Nous n'avons évidemment aucun intérêt à ce que Nathalie Kosciusko-Morizet ne soit pas la candidate de l'UMP aux municipales à Paris. La bobo de gauche, pour nous, c'est l'idéal".

Avec AFP