Internet 1

Rassemblement Bleu Marine

Communiqué de Karim Ouchikh, conseiller de Marine Le Pen à la Culture, à la Francophonie et à la Liberté d’expression Président exécutif du SIEL du 14/06/2013

Faisant écho à la proposition d’Esther Benbassa, sénatrice écologiste du Val-de-Marne, qui réclamait en février dernier la mise en place d’un groupe de travail sur la liberté d’expression sur Internet, le député socialiste Malek Boutih a souhaité, le 12 juin à l’Assemblée nationale, que les pouvoirs publics prennent « le contrôle sur Internet », en confiant cette surveillance au CSA : pour l’ancien président de SOS Racisme « contrôler les tuyaux, c’est contrôler les contenus » !

Déjà, dans son rapport sur la politique culturelle à l’ère des contenus numériques, remis le 13 mai dernier au Président de la République, Pierre Lescure avait préconisé la dévolution au CSA de missions de régulation nouvelles touchant aux vidéos distribuées via internet et la création d’une taxe sur les plateformes vidéos. Dans une tribune publiée le 13 juin par le Huffington Post, Esther Benbassa récidivait en n’hésitant pas à voir dans la mort de Clément Méric la marque des réseaux sociaux….Répétées à l’envi, ces déclarations troublantes constituent autant de signes avant-coureurs, annonciateurs sans doute d’une loi inédite qui viserait à domestiquer la liberté d’expression en ligne. En procédant à la refonte substantielle de la loi sur la liberté de la presse de 1881, pour l’adapter aux nouvelles technologies, il s’agirait ni plus ni moins pour nos e-censeurs que de faciliter la répression des propos diffusés sur les réseaux sociaux.

Considérant que l’état du droit français est largement opérationnel pour réprimer les éventuels dérapages qui se produisent sur le net, Marine Le Pen et le Rassemblement Bleu Marine mettent solennellement en garde le gouvernement Hollande contre la tentation liberticide qui l’anime manifestement en voulant ainsi mettre au pas les libertés numériques. Echappant aux pesanteurs de la pensée dominante et du politiquement correct, Internet demeure en France le dernier espace de liberté d’expression : son intégrité est devenue aujourd’hui à ce point irremplaçable que nos compatriotes ne toléreront jamais qu’il y soit porté atteinte aussi peu que ce soit.