Marine Le Pen Moscou

Le Figaro

Par Albert Zennou le 20/06/2013
 
Le pouvoir russe voit en la présidente du FN, une personnalité prometteuse et partageant les mêmes valeurs.
 
Marine Le Pen n'a pas eu l'honneur, comme Gérard Depardieu, d'être reçue en personne par Vladimir Poutine. Elle a toutefois été accueillie par l'un des plus proches alliés du président, Sergueï Narychkine. La présidente du Front national a longuement discuté mercredi avec le président de la Douma, la Chambre basse du Parlement, ainsi qu'avec Alexeï Pouchkov, qui dirige le comité des affaires internationales de la Douma. À l'issue de cette rencontre, Marine Le Pen a été sollicitée par les médias du pouvoir, qui ont offert une large couverture à sa première visite en Russie.
 
S'adressant à ces derniers, la présidente du Front national a pris des accents de représentante officielle de la France: «C'est ma première visite en Russie. J'espère qu'elle resserrera les liens entre nos deux pays.» D'un caractère très réservé, Sergueï Narychkine a tout d'abord complimenté son invitée:
 
«Vous êtes bien connue en Russie et vous êtes une personnalité politique respectée», se dépêchant de généraliser sur le mode: «Nous considérons la France comme l'un des principaux partenaires stratégiques de la Russie en Europe et dans le monde. Nous suivons les décisions prises par le nouveau gouvernement (français), et qui sont souvent perçues de manière diverse par la société. Nous observons les développements avec intérêt, et nous en tirons des conclusions.» Sergueï Narychkine s'est bien gardé de préciser lesquelles.
 
La suite des échanges s'est faite derrière des portes closes. Marine Le Pen a rapporté deux thèmes évoqués avec Sergueï Narychkine: la Syrie et le mariage homosexuel. Elle en a profité pour souligner que son parti est le «seul mouvement politique français à s'être opposé à toute intervention en Syrie».
 
Une collusion d'intérêts opportunistes
 
Les observateurs s'accordent à souligner le caractère exceptionnel de l'accueil réservé à Marine Le Pen. Un camouflet à François Hollande? «Non, c'est surtout pour l'audience domestique», estime Alexandre Verkhovski, directeur de Sova, observatoire des extrémismes. «C'est une manière de montrer aux Russes que les lois qui sont votées ici sont défendues aussi par des mouvements politiques européens.»
 
L'expert note cependant qu'il ne faut pas surestimer la convergence idéologique. «Vladimir Poutine n'a pas besoin d'idéologie, car son pouvoir n'est pas basé sur des élections démocratiques. Il s'agit simplement d'exploiter des thèmes populistes et de recueillir l'expérience de partis qui exploitent ces mêmes thèmes.»
 
À l'inverse, le politologue Dmitri Orechkine voit plus qu'une collusion d'intérêts opportunistes. Il note que Sergueï Narychkine est un général du KGB et du FSB (sécurité de l'État), qui porte une grande attention aux questions géostratégiques. «Le pouvoir se tourne vers des valeurs nationalistes et agressives, d'où un rapprochement avec Marine Le Pen. Le Parlement se concentre sur des problématiques populistes et le rejet de l'immigration», explique-t-il.
 
De ses échanges avec les idéologues du Kremlin, Dmitri Orechkine retient qu'ils sont «sincèrement convaincus d'un basculement de l'opinion publique occidentale vers un paradigme nationaliste aux dépens du libéralisme et du multiculturalisme. Ils voient dans Marine Le Pen une personnalité prometteuse qui va profiter de la montée du racisme. Et si elle ne parvient pas à ses fins, cela n'aura rien coûté d'avoir tissé des liens avec elle.»