Gabriac Alexandre

Lyon Mag

Le 27/06/2013

Le conseiller régional et leader des Jeunesses Nationalistes avait essuyé un jet de gaz lacrymogène et des insultes le 1er octobre dernier dans le 13e arrondissement de la capitale.

Une bande circulant en Autolib avait reconnu Alexandre Gabriac avant de  s'attaquer à lui. L'Isérois avait alors porté plainte.
Ce jeudi, Libération annonce l'interpellation mardi de six membres d'un  groupe d'extrême-gauche qui seront jugés en février 2014 pour "violences commises en réunion".

C'est en étroite collaboration avec Autolib, le  service d'auto-partage parisien qui arrivera bientôt à Lyon, que les  enquêteurs ont retrouvé les suspects.
Alexandre Gabriac, qui prépare actuellement le recours contre la  dissolution des Jeunesses Nationalistes, a accueilli la nouvelle sur  Facebook avec un contentement masqué : "Tiens mes amis les grands  courageux ! Et pas de dissolution pour eux ?"