Ayrault PS 2

L'Express

Par Rémi-Kenzo Pagès le 28/06/2013

Jean-Marc Ayrault devait convaincre, à l'occasion de son premier voyage aux  Antilles en tant que Premier ministre. Mission loin d'être accomplie: des  accrochages ont eu lieu ce vendredi en Guadeloupe, où il se trouve après un  passage en Martinique. 

Ce vendredi est le dernier jour aux Antilles pour le Premier ministre,  Jean-Marc Ayrault. Après trois jours de déplacement en Martinique puis en Guadeloupe,  le chef du gouvernement ne semble pas avoir convaincu les syndicats. Il y a fort à faire dans  les îles françaises des Caraïbes, où le climat économique et social est dégradé.  Autant voire plus qu'au moment de la grève générale qui avait secoué la  Guadeloupe en 2009, selon Martinique 1ère.  

La Guadeloupe, où Jean-Marc Ayrault se trouve ce vendredi,  menace même d'une "explosion sociale", a déclaré Elie Domota, porte-parole du LKP, interrogé par L'Express. Pour lui, les Antillais ne  peuvent "rien attendre" de cette visite: "C'est un non-événement" à ses yeux. Les premières contestations ont d'ailleurs explosé dans la  matinée. Des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont eu lieu.   

Et Elie Domota prévoit des grèves dans les jours à venir. "Jean-Marc Ayrault  vit dans une autre réalité" que les Guadeloupéens. "Il est très évasif sur  l'emploi. Il n'a rien changé. Il est venu passer trois jours sous le soleil",  dénonce-t-il, traduisant la déception des Antillais vis-à-vis  de l'action du gouvernement. 

Des mesures pour calmer le mécontentement

Jean-Marc Ayrault est arrivé dans l'île alors que les  stations-services ne servent plus de carburants et exigent des  négociations, rappelle le site de Guadeloupe 1ère. Le chef du gouvernement a dû annoncer de  nouvelles mesures pour renforcer la sécurité des Guadeloupéens. Il en a fait une de ses  priorités. Il en a profité pour inaugurer un nouveau campus de l'Université des Antilles et de la Guyane, un pôle  universitaire qui souffre de financements insuffisants pour couvrir les écarts  géographiques entre les trois départements sur lesquelles sont implantés ses  campus. 

En Martinique, où avait débuté mercredi le premier  déplacement du Premier ministre dans les Antilles, son arrivée s'était également  effectuée sous haute-tension, selon le site de la chaîne de télévision publique  Martinique 1ère, dans une île où le taux de  chômage touche plus de 20% de la population active. Lors de ce séjour,  le Premier ministre a annoncé le maintien de la  défiscalisation et des mesures pour renforcer la sécurité des  Martiniquais.