Saint-Jean de Maurienne (73)

Un maire Front national en Savoie au mois de mars prochain, ce n’est pas qu’un fantasme. Souvent placé mais jamais à l’arrivée jusqu’à présent, le parti lepéniste progresse régulièrement dans le département.

Lors de l’élection présidentielle de 2012, Marine Le Pen a obtenu 18,92 % des suffrages, soit un point de plus que son score au niveau national.

Un mois plus tard, lors des élections législatives, les représentants Bleu marine n’ont, certes, pas fait aussi bien mais ils sont chaque fois arrivés en troisième position, dans chacune des quatre circonscriptions du département.

Leur meilleur résultat a été obtenu dans la troisième circonscription (Maurienne Combe de Savoie), avec 16,06 % pour Éric Marmillon. Mais les autres candidats du FN ont aussi obtenu 15,45% dans la première circonscription (Aix-les-Bains), 14,86% dans la quatrième circonscription (Chambéry) et enfin 13,32% dans la deuxième circonscription (Albertville-Tarentaise).

Le FN ne se contente plus de surgir à la veille d’un scrutin

Et au-delà de ces deux scrutins nationaux, ce sont surtout les élections cantonales de 2011 qui ont marqué les esprits en Savoie.

Pour la première fois, en effet, dans l’histoire politique du département, le parti lepéniste s’est hissé au second tour d’une élection locale. Cinq candidats du FN se sont ainsi qualifiés pour la finale, prouvant ainsi qu’ils étaient désormais capables de faire jeu égal avec les candidats de droite ou de gauche dans un scrutin local.

Ils ont certes été largement battus tous les cinq, obtenant leur meilleur résultat dans le canton d’Albertville-Sud avec Jean-Marie Garcin (35,99%), mais aussi 34,72% à Aix-Centre, 33,3% à Pont-de-Beauvoisin, 30,41% à Aix-les-Bains Nord et 28,72% à Chambéry Nord.

Fort de ces résultats, le Front national nourrit de nouvelles ambitions pour les municipales de 2014). Certains de ses candidats se sont déclarés très tôt, à l’image de Véronique Drapeau à Aix-les-Bains. Dans la cité thermale, le parti “bleu Marine” affiche sa présence, tractant régulièrement sur le marché, envoyant des mails ou distribuant des courriers dans les boîtes aux lettres. Depuis l’automne, le FN assiste aussi régulièrement au conseil municipal, montrant ainsi qu’il ne se contente plus de surgir à la veille d’un scrutin mais qu’il s’efforce de labourer en profondeur une terre dans laquelle il entend bien semer... et enfin récolter.

À Saint-Jean-de-Maurienne le candidat FN propose une liste ouverte, “bleu saint-jeannais”. Une façon de rassurer et de se fondre dans le paysage, en vue de s’y installer durablement.

A Chambéry enfin, on a peut-être oublié un peu vitequ’un candidat FN, Georges Ract, figurait au second tour des municipales de 1995. Il avait obtenu 9% des voix contre 39% à Dominique Dord (RPR) et 52% au vainqueur socialiste Louis Besson.

De là à ce que de nouvelles surprises se produisent dans neuf mois...