Carcassonne siège PS

Le siège PS de l'Aude à Carcassonne a été dégradé par un engin explosif dans la nuit de mardi à mercredi. Des inscriptions ont aussi été laissées sur la façade du bâtiment. Elles laissent penser que l'attaque visait la politique du gouvernement en matière d'agriculture.

A Carcassonne, les locaux du Parti socialiste de l'Aude ont été endommagés dans la nuit de mardi à mercredi, par l'explosion d'un engin dont la nature exacte n'était pas encore connue mercredi matin.

L'incident a eu lieu mardi vers minuit. Une explosion assez violente pour dégrader la porte d'entrée métallique du bureau, briser les vitres de cette porte et détruire le plafond du vestibule. Un bâtiment situé en face du local PS, l'école Jean-Jaurès, a également vu neuf vitres voler en éclats. L'enquête a été confiée à l'antenne de Perpignan du SRPJ de Montpellier.

Une attaque ciblée ?

Outre l'explosion, le sigle CAV (Comité d'action viticole) a été inscrit trois fois sur la façade. Une autre inscription retrouvée sur la façade, "Le Foll !", semble directement viser le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll. Mercredi matin, le principal concerné a expliqué ne pas comprendre et a défendu son action en faveur de la viticulture. 

Le premier secrétaire du PS Harlem Désir a pour sa part jugé l'acte "inacceptable, lâche et criminel", évoquant les victimes qu'aurait pu faire cet "attentat". Pour lui, "attaquer un parti politique, c'est attaquer la démocratie". Il assure que "toutes les poursuites qu'exige cet acte odieux seront engagées".

Eric Andrieu, député européen et secrétaire fédéral du PS dans l'Aude, remet en doute le lien de l'explosion avec les producteurs de vin. Selon lui, même s'il "pourrait s'agir d'une protestation contre l'abandon récent d'une amendement qui permet aux viticulteurs de toucher 15% d'avance lors de la commande de vin", le Parti socialiste reçoit "régulièrement les représentants viticoles sur cette question, et c'est pourquoi (il) doute que cette explosion soit un acte de protestation de la profession".

Il s'interroge plutôt quant à un éventuel lien entre l'incident de Carcassonne et d'autres actes récents, similaires, visant des sièges du PS.

Par Laura Damase le 17/07/2013