Gendarmerie trafic

Jean-Paul Franc, maire d'Aimargues, est resté sous le choc. Dimanche 28 juillet dans la matinée, l'homme a eu une violente altercation avec des gens du voyage, nous informe Midi Libre. Des membres de la communauté ont même menacé de mort l'édile, qui avoue avoir craint "un lynchage. Récit.

Dimanche 28 juillet. Peu après 10 heures, l'édile a été informé qu'un convoi de gens du voyage tentait d'envahir les pelouses du stade municipal. L'homme se précipite et tente de s'interposer. "J’ai garé ma voiture en travers, sur le chemin d’accès, pour les empêcher de continuer à passer", raconte le maire à Midi Libre. Mais rapidement, le ton monte.  L'édile refuse de voir cet équipement municipal endommagé. Un discours qui n'émeut pas. "ils m’ont foncé dessus et m’auraient écrasé si je ne m’étais écarté. J’ai alors tapé sur un véhicule forçant le passage, de la paume de la main, rien de plus."

Le maire évacué par les gendarmes

"Le geste de trop", commente Midi Libre. "J’ai failli me faire lyncher. Des jeunes se sont précipités sur moi, les poings en avant, me disant 'On va te faire la peau'". Le maire aurait ensuite été bousculé. les gendarmes, qui s'inquiètent de la tournure des évènements, ramènent le maire à son domicile. Sur le terrain municipal, une cinquantaine de caravanes sont désormais installées.

Depuis, Jean-Paul Franc est furieux. Il a déposé plainte pour dégration de biens publics. Il veut que les gens du voyage remboursent l'ensemble des dommages causés à la pelouse. "Et qu’on ne nous dise pas qu’ils sont insolvables parce que je ne le comprendrais pas quand on voit les voitures qu’ils ont et qui peuvent dépasser les 100 000 €", a-t-il déclaré. Le maire a aussi déposé plainte  pour les tentatives visant à l'écraser. "Au moins deux fois", a-t-il précisé.

Le 29/07/2013