SOS-Racisme-Touche-pas-à-mon-fric

SOS Racisme a annoncé avoir porté plainte mardi contre Jean-Marie Le Pen et Christian Estrosi pour incitation à la haine raciale notamment, après leurs propos visant la communauté des Roms et gens du voyage.

C'est une plainte pour "provocation à la haine et à la discrimination ethniques, non suivie d'effet", "discrimination par refus d'appliquer une loi" et "violences, sans incapacité, pour raisons ethniques". SOS racisme a décidé de poursuivreJean-Marie Le Pen et Christian Estrosi après leurs propos visant la communauté des Roms et gens du voyage.

"Au-delà des dispositions de la loi qui répriment les propos discriminatoires de M. Estrosi, nous dénonçons la banalisation du discours raciste et xénophobe", a déclaré à l'AFP Amadou Diallo, président de l'antenne niçoise de SOS racisme, qui a déposé cette plainte auprès du procureur de la République de Nice, ce mardi matin. "Les hommes politiques doivent s'astreindre à une certaine éthique de comportement dans l'espace public en évitant d'attiser la haine ou l'appel à la haine, comme c'est le cas s'agissant des propos de M. Estrosi".

Le Pen et Estrosi préparent les Municipales de 2014

"L'amalgame qui est fait par rapport à ces différentes communautés (Roms et gens du voyage notamment, NDLR) dénote la surenchère savamment entretenue par MM. Le Pen et Estrosi dans l'optique des prochaines échéances électorales municipales en 2014", selon M. Diallo, qui n'est pas le premier à déposer une plainte. L'association de défense des gens du voyage France Liberté Voyage a déjà déposé plainte pour diffamation publique et incitation à la discrimination et à la haine raciale.

"Délinquants", "odorante", "mater"...

Interrogé sur l'occupation illégale de terrains par des gens du voyage dans sa ville, le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, l'ancien ministre avait promis début juillet de "mater" ces derniers, en taxant de "délinquants" ceux qui installent leurs caravanes sans autorisation. Dénonçant des agissements coûteux pour "les contribuables français", il avait promis à tous les maires un "mode d'emploi" pour les combattre. De son côté, le président d'honneur du FN Jean-Marie Le Pen, venu présenter le 4 juillet à Nice la candidate nouvellement investie par le FN pour les municipales 2014, avait qualifié la présence de Roms dans la ville d'"urticante" et "odorante" et prédit que "50.000 Roms" allaient venir s'y installer en 2014.

Le 30/07/2013