Dole usine BEL

Comme nombre de ces confrères de l'industrie agroalimentaire le groupe Bel fait de ses emballages de spécialités fromagères un article ludique qui se veut également éducatif. Ainsi dans un de ces emballages (sur un Apéricube dont pas mal sont fabriqués à l'usine du groupe à  Dole qui emploie environ 500 personnes) il y avait une question de culture générale qui a semé le trouble chez certains musulmans qui , décidément, ne supportent pas grand chose lorsqu'il est question de leur religion.

D'autant que la question sur le dit emballage était plutôt anodine, tirée d'un partenariat du groupe fromager avec le Trivial Pursuit, : "Où le problème du foulard islamique est-il apparu en 1989 ?". Monstrueuse question ! Ah les islamophobes ! Ah les cruels fromagers ! 

Les auteurs de l'article, du site Al-Kanz, dénonçant la question ont donc exigés du groupe Bel des explications évidemment sous forme d'excuses.

Le pire c'est que dans la foulée Bel adressait à la presse le communiqué daté du 24 août suivant : "Nous sommes bien conscients que cette question a pu choquer. Elle est totalement inappropriée et ne reflète en aucun cas la position de Bel et de la marque Apéricube, dont les valeurs font du respect des croyances, de la culture et des convictions de chacun un principe fondamental." et bien sur de préciser que la question a été retirée des emballages d'Apéricube...

Il est où le rapport avec la question posée sur l'emballage de l'Apéricube ?

Encore une fois, l'intolérance supposée des Français (en l'occurance celle de nos industriels) est mis en avant par quelques communautaristes qui trouvent n'importe quel prétexte pour afficher leur indignation à tiroir et on s'agenouille à leurs pieds en murmurant de plates excuses.

Aujourd'hui ce sont les Apéricubes, demain ce sera quoi ? Pas à pas, petit à petit, la religion musulmane impose ses vues, ses choix et ses dogmes à l'ensemble de la société. La France est une république laïque, mais apparemment une partie de sa population ne l'a pas compris aidée en cela par une auto-flagellation quasi-automatique et l'appui certain des autorités du pays qui depuis plus de trente ans ont tout accepté en matière d'immigration.

Désormais, le seuil est atteint. Il déborde !

GS