Taubira dérive

L'auteur ou les auteurs de cet article ne sont en rien membres du Front National, du Rassemblement Bleu Marine ou d'un autre mouvement de cette famille de pensée politique -à ma connaissance- et ils ne partagent pas forcément les idées défendues ici. 

 
Par Gabrielle Cluzel le 31/08/2013

Si le dispositif sur les peines probatoires en lieu et place de la prison prévu par Christiane Taubira venait à être appliqué, pas moins de 98% des condamnations actuelles seraient concernés. C’est ce que révèle Alain Bauer, proche de Manuel Valls et ancien grand maître du Grand Orient, que nul ne peut soupçonner, n’est-ce pas, d’accointance avec l’extrême droite réactionnaire.

Pour en bénéficier, il faudrait avoir commis un délit passible d’une peine d’emprisonnement inférieure ou égale à cinq ans. Autant vous dire que, dans le lot, il n’y a pas que des voleurs de Malabar à l’étalage. Il y a même du lourd.

On ouvre grand les portes, et hop, on pousse gaiement vers la sortie les trafiquants d’armes et de stupéfiants, les proxénètes, les délinquants sexuels pourvu qu’ils n’aient pas encore violé, les auteurs de coups et blessures, les meurtriers involontaires, les cambrioleurs et les receleurs, j’en passe et des bien pires. Allez, amusez-vous bien, les petits, et surtout soyez sages.

Mais attention, dans sa grande sagesse, Christiane Taubira n’a pas l’intention de laisser s’égayer ce gentil pensionnat dans la nature sans un peu de surveillance. Ils pourront, selon le cas, bénéficier de soins, d’une formation ou d’un stage. Même si, bien sûr, il leur restera un peu de temps libre pour pratiquer leur hobby favori. Forcément, hein, ce ne sera pas non plus le bagne. Ainsi formée et soignée, cette population qu’aucune peine de prison n’arrive à convaincre de ne pas récidiver verra ses mauvais penchants se dissiper d’un coup. La compréhension plus forte que la coercition. Cela fonctionne merveilleusement bien, surtout dans la Bibliothèque rose.

Tony Meilhon, le meurtrier de Laetitia Perrais, et plus près de nous Marwan Rezgui, l’assassin présumé de Jacques Blondel, peuvent même témoigner : ils ont tiré grand profit du temps libre que leur a laissé leur condamnation avec sursis assortie d’une mise à l’épreuve.

Alors évidemment, grâce à cette idée de génie, on va régler – temporairement au moins – la crise du logement dans l’univers carcéral. Les locataires s’étant barrés, les matons vont pouvoir faire le ménage en grand et regarder la télé. C’est vrai, au fait, que va-t-on faire de toutes ces prisons vides ? Eh bien, on va y entasser les braves gens. Tous ceux qui redoutent déjà de se promener seuls dans les rues désertes et de retirer de l’argent dans le distributeur du coin, et que cette nouvelle réforme va transformer en cibles ambulantes. Sous les verrous, bien à l’abri derrière les miradors, ils seront enfin en sécurité. Les prisons vont devenir des bunkers, des places fortes, rentrez vite vous mettre à l’abri avant qu’on remonte le pont-levis. Montrez-vous prévoyant, réservez d’ores et déjà votre cellule car les places risquent d’être chères.