Sanchez Julien Gironde 010913

Sur les 500 têtes de listes déjà investies par le parti de Marine Le Pen pour les municipales, 50 ont moins de 30 ans. En Gironde, deux candidats sont déjà en lice.

Dire que le FN mise sur la jeunesse n’est pas un secret. « Les jeunes voient que les solutions que l’on propose sont une vraie alternative », dit Julien Sanchez, 28 ans, délégué national du parti. Celui-ci était samedi en Gironde pour le premier de trois modules de formation (gestion des villes, comptes de campagne, communication) des jeunes Girondins amenés à avoir un rôle aux municipales. Depuis quelques mois, c’est Jean-David Eyquem, 20 ans, adhérent du FN depuis 2011, étudiant en management, qui a la responsabilité du FNJ en Gironde. Entre la rencontre des étudiants, à la sortie des lycées et sur le campus, et les permanences au siège bordelais, « nous avons vu notre nombre d’adhérents progresser considérablement », affirme-t-il. Samedi, ils étaient une cinquantaine inscrits à la séance de formation.

Au-delà des municipales, et en se basant sur un sondage le plaçant à égalité avec l’UMP et le PS aux élections européennes, le FN envisage de voir passer de 3 à 15 le nombre de ses députés européens. « Nous avons récupéré les déçus de Sarkozy et, depuis un an, des électeurs de gauche sont en train de basculer », analyse Julien Sanchez.

Le 02/09/2013