Beyrouth (Liban)

Communiqué de Patrick Hays, Secrétaire national aux Français de l’étranger du 09/09/2013

Les postures de François Hollande plaisent peut-être à Barack Obama. Mais elles inquiètent à juste titre les Français du Liban. Le président syrien a « menacé » la France, ce qui renforcerait la détermination du président français à lui faire la guerre.. Sans doute s’attendait-on à ce qu’il promette que la participation française à une attaque américaine n’entraînerait de la part de la Syrie aucune réaction de défense !

Parmi les représailles possibles, il y a celles qui pourraient s’exercer sur les intérêts français au Liban où résident plus de 20 000 de nos compatriotes. Au Mali, on a déclenché l’opération Serval pour protéger les 6 000 Français de Bamako des bandes djihadistes venant du Nord. Au Liban, au contraire, on prend pour les Français tous les risques parce qu’on va cette fois-ci porter secours à des bandes djihadistes au bord de la défaite en Syrie voisine.

L’ambassade de France à Beyrouth est heureusement là, qui conseille à nos ressortissants de « faire preuve en toutes circonstances de prudence et d’une vigilance renforcée ».

La soumission aveugle à des directives conçues ailleurs entraîne notre pays dans une aventure qui ne le concerne pas , mais qui l’expose au premier rang d’une réaction régionale de la Syrie.

Le Front National ne servira que le peuple français. Il ne fera pas la guerre des autres.