Marine Parlement européen

«On va montrer aux Français que nous sommes en mesure de faire nos preuves », prophétise Florian Philippot, le numéro deux du , en pensant aux prochaines  municipales. C’est peu dire que le parti de  attend l’échéance de mars 2014 avec gourmandise. Convaincue qu’un certain nombre de villes peuvent tomber dans son escarcelle, la présidente du FN est déjà dans les starting-blocks.

« Le jour où nous serons au pouvoir, nous devons être prêts pour l’exercer », insiste-t-elle en permanence. Pour preuve, selon nos informations, une cellule a discrètement été mise en place cet été. Son nom? Le comité de suivi et de gestion des administrations territoriales. Une appellation pompeuse qui cache un objectif bien concret : détecter les fonctionnaires qui seront chargés de gérer ces collectivités dirigées par le Front.

Les bilans mitigés de Toulon et Vitrolles

Chapeautée par Steeve Briois, secrétaire général du parti, cette cellule part d’un constat simple : « Si on gagne une ville, on doit être tout de suite opérationnel, explique Bruno Bilde, conseiller politique de Le Pen. Or, dans certaines d’entre elles, on se doute bien qu’il y a des personnels administratifs qui ne souhaiteront pas forcément travailler avec nous, notamment les postes à responsabilités de directeur général des services ou de directeur financier. D’où la volonté de recruter en amont une armée de fonctionnaires de catégorie A et de cadres territoriaux. »

L’initiative semble prendre corps. Il y a deux mois, un e-mail a été envoyé à tous les adhérents pour leur demander de faire remonter les noms de personnes susceptibles d’entrer dans ces critères. « Le résultat a été au-dessus de nos espérances. Un paquet de CV est arrivé au siège du parti, poursuit Steeve Briois. Certains d’entre eux sont même déjà en fonction dans des villes ou des intercommunalités. L’idée, c’est de détecter en priorité ceux qui se trouvent dans les zones géographiques où nous risquons de prendre des villes, comme le Nord et le Sud-Est. »

« Tout cela entre bien sûr dans une démarche de crédibilité, reprend Philippot. Le FN ne cesse de se professionnaliser au niveau national, et on veut faire la même chose au niveau local. L’objectif est double : bien gérer nos villes et, en faisant la preuve qu’on y arrive, en faire un tremplin pour les élections qui suivront. » Car le FN garde en mémoire les bilans mitigés de certaines municipalités qu’il détenait à la fin des années 1990, notamment Toulon et Vitrolles. « Une mauvaise gestion nous desservira, admet le député Gilbert Collard. Il nous faut être intransigeants sur la compétence dans les communes. Ce sera une épreuve de vérité. »

Par Olivier Beaumont le 12/09/2013