Marine Officielle 2

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National du 19/09/2013

On ne demande pas au ministre de l’Intérieur Manuel Valls d’être « réservé » sur l’entrée de la Roumanie et la Bulgarie dans l’espace Schengen comme il l’a dit ce matin, mais de faire savoir très clairement qu’en toute souveraineté la France s’y opposera.

Comme ses prédécesseurs UMP place Beauvau, Manuel Valls fait preuve de beaucoup d’agitation sur le dossier Roms, mais refuse d’affronter les vrais problèmes, ce qui réduit son action à de la pure communication sans aucune efficacité.

Ainsi, et même si Manuel Valls feint de ne pas le savoir, dès le 1er janvier 2014 la Roumanie et la Bulgarie seront des membres de plein droit de l’Union européenne. Sans être encore dans Schengen, la circulation au sein de l’UE des Roumains et Bulgares, et donc des Roms, sera encore plus facile que maintenant.

Que proposent Manuel Valls, le gouvernement et l’UMP face à cette perspective inquiétante ? Rien. Parce qu’ils sont tenus par les Traités européens qu’ils ont eux-mêmes signés et ratifiés. Valls parle des Roms, comme NKM, mais dans les faits leurs décisions communes aggravent la situation.

La France doit régler avec la plus grande des fermetés le dossier Roms, en retrouvant la pleine maîtrise de ses frontières, en organisant la dissolution de l’espace Schengen plutôt que son élargissement et en démantelant sans délai tous les campements.