FMI Christine Lagarde

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National du 10/10/2013

Dans un récent rapport, le FMI propose pour les pays de la zone euro une taxation de 10% du patrimoine de tous les ménages, à commencer par leur épargne. Cette taxation aurait pour objectif de revenir au niveau de dette de l’année 2007 dans ces pays.

Cette proposition traduit la férocité d’un système ultralibéral tout entier soumis au diktat des banques. Cette taxe sur l’épargne correspondrait en effet à un transfert direct et autoritaire des ménages vers les banques qui possèdent la dette des Etats. Elle serait particulièrement injuste car appliquée au même taux, 10%, pour tout le monde, riches ou pauvres. Bref, un nouveau cadeau pour les grandes banques sans aucune contrepartie !

Le système bancaire fera-t-il de nous demain des Chypriotes avec la complicité du FMI et de l’Union européenne ? Doit-on accepter d’être saigné par les banques au nom d’une idéologie ultralibérale et d’une monnaie unique qui nous a endettés comme jamais auparavant ?

Les peuples ne doivent pas être sacrifiés sur l’autel des banques et de l’euro. Nous demandons la remise en cause des Traités européens qui, depuis Maastricht, interdisent aux Etats d’emprunter directement et à taux quasi nul auprès de leur Banque centrale nationale. C’est la seule solution qui permette de se dégager de l’emprise des banques et de la finance sur nos économies et nos vies, et de faire fondre la dette. Elle suppose bien sûr de remettre en cause l’euro, d’adopter le modèle efficace de la monnaie nationale comme dans 95% des pays du monde.

Dans l’immédiat le gouvernement français doit faire savoir qu’il ne mettra jamais en place une telle taxe.