Briois et MLP siège du FN

Steeve Briois, le candidat FN à Hénin-Beaumont, est perçu comme le grand favori. Les divisions de la gauche, encore au commande de la ville, favorisent d'autant plus ses chances de victoire.

Hénin-Beaumont résiste depuis des années au Front National. Mais élection après élection, le parti de Marine Le Pen voit ses scores progresser sans cesse à tel point, que Steeve Briois, le candidat frontiste, est annoncé comme le grand favori pour conquérir la mairie en mars prochain. Et sa victoire est d'autant plus probable que la gauche, qui a toujours régné ici, se montre incapable de mettre de côté ses rivalités de personnes et surtout de tourner la "page Dalongeville".

Les listes de gauche se multiplient : l'actuel maire apparenté PS Eugène Binaisse veut rempiler, Gérard Dalongeville croit pouvoir revenir, l'ex-socialiste Pierre Ferrari entend nettoyer les écuries d'Augias, Georges Bouquillon (MRC) a envie de tenter sa chance et David Noël ( Front de gauche ) pense incarner l'alternative pour Hénin-Beaumont.

La droite traditionnelle, elle, voudrait profiter de la situation mais ses scores très médiocres lors des derniers scrutins ne lui laissent guère d'espoir. Il faut dire que l'UMP est très faible dans cette région. Le candidat de la droite, Nesrédine Ramdani, est certain que Steeve Briois sortira largement en tête du premier tour. Mais qui sera second ? Idéalement, il s'y verrait bien, d'autant que la multiplication des candidatures à gauche joue en sa faveur. Mais cette hypothèse reste très peu probable, jugent ses adversaires.

La gauche incapable de s'entendre

Candidate EELV aux législatives dans la circonscription d'Hénin-Beaumont en juin 2012, Marine Tondelier craint de son côté de voir Gérard Dalongeville se qualifier pour le second tour. L'ancien maire, bien que condamné en août 2013 pour détournements de fonds, rêve en effet de retrouver son fauteuil. "Il est sur le terrain en permanence et son réseau clientéliste est un brin nostalgique", affirme Marine Tondelier. Steeve Briois tempère : "Dalongeville sait qu'il peut compter sur une petite clientèle électorale et faire 10%, mais pas plus". Le candidat Front de gauche David Noël partage également cet avis et ne voit que la liste d'Eugène Binaisse ou la sienne capable d'affronter le FN au second tour.

Inquiets par la kyrielle de candidatures à gauche, les écologistes ont lancé il y a quelques jours un appel à l'union des forces de gauche derrière le maire actuel Eugène Binaisse. Mais en vain... Le Front de gauche tient absolument à sa candidature. "On veut faire entendre notre petite musique, indique David Noël. D'autant qu'une liste d'union au premier tour aurait pour effet de réduire la dynamique de la gauche". De son côté, le MRC n'est pas opposé par principe à une liste d'union mais il refuse qu'elle soit conduite par un socialiste. Les négociations sont donc, pour l'instant, dans l'impasse. "Il faut mettre les egos de côté ! Eugène Binaisse a des défauts mais faut voir dans quel état il a récupéré en 2009", explique Marine Tondelier, qui redoute un second tour opposant Steeve Briois et Gérard Dalongeville.

Le "spectacle pitoyable" de la gauche

En attendant, le candidat du FN observe non sans amusement cette "cacophonie" et qualifie de "spectacle pitoyable" les atermoiements de la gauche héninoise. Il continue de surfer sur une dynamique extrêmement favorable. Pour comprendre son statut de favori, il suffit de constater sa progression lors des précédents scrutins. Aux élections municipales de 2008, Steeve Briois récolte au second tour 3.630 voix (soit 28,63%).

En 2009, après la démission du maire PS Daniel Duquenne, il échoue une nouvelle fois au second tour mais rassemble cette fois 5.504 voix (47,62%). Soit presque 2.000 voix de plus en un an... En 2012, lors des législatives, Marine Le Pen, candidate dans la circonspection d'Hénin-Beaumont, obtient plus de 6.000 voix dans cette ville. Steeve Briois récolte également les fruits de son travail. Même ses adversaires le reconnaissent. Elu d'Hénin-Beaumont depuis des années, il fut l'un des premiers à dénoncer le système "Dalongeville". 

Certains comme David Noël veulent toutefois rester optimistes. Pour lui, Steeve Briois fera certes un score très élevé au premier tour, mais il n'a pas de réserve de voix pour le second. A voir...

Par Michel Veron le 14/10/2013