orage

Il s’agit de la douzième défaite (quatre cantonales et huit législatives partielles) pour le PS depuis les législatives de 2012 mais pour le FN c’est une première victoire en duel contre l’UMP.  Notre ami Laurent Lopez (voir la réaction de Bruno Gollnisch sur BFM TV),   l’a en effet emporté hier au second tour de la cantonale partielle de Brignoles  face à  la candidate du parti de MM. Fillon et Copé, Catherine Delzers. L’UMP avait pourtant battu le rappel contre l’opposition nationale, mobilisé le ban et l’arrière ban toute cette semaine, menant notamment une vaste opération d’appels téléphoniques  dans  le canton pour inciter les électeurs à « faire barrage au FN ». L’UMP était  aussi  soutenue par le PC, l’UDI, le PS, EELV, le Modem, mais cela n’a pas empêché le candidat frontiste …de capter une bonne partie des voix des abstentionnistes du premier tour ! Il  l’emporte  au final  avec près de 54% des voix (53,9%),  et ce dans la  configuration d’une hausse de 12 points de la participation (45,26%).  « C’est la mort du front républicain»,  « unis, les Français sont invincibles», s’est félicitée Marine Le Pen.    

Si à l’évidence Laurent Lopez a su rallier des voix d’électeurs de gauche, il a aussi beaucoup « mordu » sur (l’ex)  électorat sarkozyste, auquel Jean-François Copé s’adressait la semaine dernière lors de son passage sur France 2 dans « Des paroles et des  actes ».

Electeurs de droite qui n’ont que peu prêté attention aux fulminations de ce dernier contre le FN et son « programme absurde ». Peuple droitier  qui  reste sourd aux invectives  de l’humaniste du Grand Orient,  Xavier Bertrand, qui, empruntant ses éléments de langage  au PS et au PC, affirmait dimanche au micro d’Europe 1 que « Mme Le Pen ne fait qu’exploiter les peurs» (sic).

Français qui ont soupé du baratin  d’un  Guillaume Peltier, vice-président de l’UMP qui,  reprenant à court d’idées  la  formule de Laurent Fabius,  ânonnait  samedi dans Le Figaro que « Le FN fait parfois un bon diagnostic, mais ne prescrit jamais les bons remèdes».

Cette similitude entre l’appareil UMP et le PS apparaît aussi avec l’image catastrophique donnée hier  par la primaire socialiste à Marseille pour désigner leur  tête de gondole  pour les municipales. Les  accusations de magouilles proférées à cette occasion ne sont pas sans similitudes avec le climat délétère  de  la primaire ayant opposé il y a un an Jean-François Copé à François Fillon.

Humiliée, Marie-Arlette Carlotti, ministre de la Famille, est  arrivée seulement troisième de cette consultation, derrière le député  Patrick Menucci pour laquelle elle a finalement appelé à voter, le premier tour de cette primaire ayant été remporté par la sénatrice PS des quartiers Nord (XVe et XVIe arrondissement)  Samia Ghali.

Quartiers ravagés par l’insécurité et  les trafics en tous genres qui expliquent certainement  un énième assassinat hier, celui  du gérant d’un snack du parc Kalliste,  connu des services de police et  qui a été poignardé dans le « fief » de Mme Ghali

Madame Carlotti, favorite des sondages, a réagi vivement  à cette « victoire surprise » de Samia Ghali: « Nous avons assisté tout au cours de la journée à un fonctionnement à plein régime du clientélisme » a-t-elle déclaré hier en début de soirée. « Personne n’avait vu ce système fonctionner avec une telle puissance, avec un tel sentiment d’impunité, à la vue de tous, avec des dizaines de minibus qui sillonnent la ville, avec des échanges d’argent, des intimidations, le tout avec une organisation que je qualifierais de quasi militaire» !

Mme Carlotti  a finalement été  rappelée à l’ordre par un coup de téléphone de François Hollande, elle  a renoncé à déposer un recours et fait taire ses critiques. La Haute autorité des primaires socialistes, dirigée par l’avocat Jean-Pierre Mignard,  a validé cette élection sans ciller…

Le Figaro rapporte en effet, entre autres incidents de vote que « ce qui a particulièrement suscité les commentaires des candidats et affolé la twittosphère, c’est le système de covoiturage en minibus loués pour l’occasion par la sénatrice pour amener les électeurs à voter. Les abords de la Maison communale de la Calade, dans le XVe arrondissement, étaient particulièrement embouteillés et une foule bigarrée avait envahi les bureaux dans une ambiance plutôt festive »…

La justification de Samia Ghali, qui a su s’appuyer sur ses réseaux communautaires,  vaut en elle même  son pesant de cacahuètes et mérite d’être rapportée : « Obama a eu une campagne de proximité où il est allé chercher les gens, on n’a pas dit qu’il faisait du clientélisme » (sic).  En toute simplicité…

Notons encore avec Bruno Gollnisch qu’il est assez piquant de voir les éléphants socialistes adversaires de Mme Ghali,  victimes d’un  clientélisme communautaire  prôné notamment pas un  think tank  gravitant dans l’orbite du PSTerra Nova.

Il était  dans l’ordre des choses que les communautés votent au final pour la tête d’affiche qui leur ressemble le plus. Et si Samia  Ghali effectuait un parallèle  entre cette primaire et  la victoire d’Obama, rappelons   que  ce dernier a été  effectivement élu par deux fois à la Maison Blanche grâce à  sa capacité à engranger  une écrasante proportion  des voix  issues des minorités. Minorités  qui à Marseille constitueront dans  un futur très proche la majorité  des habitants…

Minorités qui restent donc  encore (mais pour combien de temps ?)  une bouée de secours pour un PS lâché chaque jour davantage par les « gaulois ».Une évolution actée depuis longtemps par le PS.  Faouzi Lamdaoui, actuel  « Conseiller à l’égalité et à la diversité » de François Hollande,  en faisait déjà l’aveu en 2008.

Alors secrétaire national du PS à l’égalité, la  diversité et promotion sociale, M. Lamdaoui  avait déclaré que le PS « ne gagnera pas les élections nationales sans un soutien franc et massif des habitants des quartiers populaires », c’est-à-dire dans les quartiers où les votes des communautés d’origine immigrées  sont déterminants. Il est curieux que les  médias ne traitent pas de ce phénomène, préférant plus commodément traquer de manière fantasmatique les résurgences d’une bête immonde qui n’existe pas.

Le 14/10/2013