Police brassard arme

Un automobiliste de 55 ans a été tabassé à coups de casque par un individu à scooter, hier, rue de Beaucaire, à Toulouse, après un simple coup de klaxon. La victime, blessée au visage, a été transportée à la clinique de l’Union. Scandalisé, cet homme crie sa colère.

«Inacceptable, intolérable !» Pascal n’a pas de mot assez au moment de crier sa colère après l’agression qu’il a subie, hier, pour un simple coup de klaxon alors qu’il se trouvait dans sa voiture, quartier Amouroux, à Toulouse. Tabassé à coups de casque parce qu’il a eu le tort de s’impatienter derrière un pilote de scooter qui zigzaguait sur la route.

«Le genre d’attaque qui vous rend fou parce que les gens sont irrespectueux et n’ont plus aucun sens du civisme !» Conduit à la clinique de L’Union par les secours, cet homme de 55 ans souffre d’une plaie importante sur le front et de douleurs aux cervicales.

Hier, peu après 12 h 30, Pascal est au volant de sa voiture et se dirige vers la rue de Beaucaire pour aller chercher son amie.

«Devant moi, un scooter roule en zigzag sur la route. Je ne le double pas car la route est étroite. Je donne un coup de klaxon pour lui signifier ma présence. Je m’arrête rue Beaucaire et mon amie monte dans la voiture. Le scooter s’est arrêté un peu plus loin pour m’attendre. J’avance en voiture et me porte à hauteur du pilote, un jeune homme âgé entre 16 et 20 ans

La suite ? Un face-à-face qui dégénère violemment. «Je lui demande pourquoi il s’arrête ? Pas de réponse. Je sors mon téléphone portable pour le prendre en photo. Il tente de me l’arracher alors que je suis toujours dans ma voiture. Je sors et je reçois des coups de casque dans la tête avant de m’écrouler.» L’agresseur prend la fuite et les secours interviennent. «J’ai eu le tort de considérer que la route appartenait à tout le monde ?», interroge, ironiquement Pascal, déjà fragilisé par des problèmes cardiaques et en situation d’invalidité à la suite d’un précédent accident vasculaire cérébrale. «Je ne comprends pas comment ces jeunes peuvent en arriver là… Dès qu’on les regarde, il faudrait baisser les yeux et parce qu’on donne un coup de klaxon, on prend des coups de casque !»

Blessé, excédé, il compte déposer plainte au commissariat. «La justice doit faire son travail car il ne faut pas qu’un sentiment d’impunité s’installe chez certains délinquants.»

Par Frédéric Abéla le 09/11/2013