UE dessin Fergusson

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National du 15/11/2013

Ce jour est un jour noir pour la France. La Commission européenne vient de valider le budget de la Nation conformément aux nouveaux pouvoirs que lui ont transférés l’UMP et le PS – depuis les votes du Two-Pack et du Pacte budgétaire (TSCG) – et plaçant de fait la France sous tutelle budgétaire.

Outre la forme, qui rappelle que les Français ont été dépossédés de leur souveraineté, cette validation révèle sur le fond une réalité particulièrement inquiétante. Elle confirme que ce n’est pas l’intérêt du peuple qui a été défendu dans ce budget mais bien celui des banques et de la grande-finance.

Tous les efforts financiers engagés l’ont été pour sauver l’euro et le système bancaire en général (plans de renflouement à répétition, Mécanisme européen de stabilité, etc.), au détriment des ménages, des entreprises et de l’Etat.

C’est donc un budget frappé de sceau de l’austérité et de l’hyper-fiscalité qui a été validé par la Commission européenne, sa véritable inspiratrice.

Comme si cela ne suffisait pas, cette humiliante validation annonce également des sacrifices futurs toujours plus importants. La Commission européenne estime en effet que les « réformes structurelles » engagées par la France sont encore trop « limitées » et que les coupes budgétaires dans les grands ministères devront se poursuivre, mettant en péril le fonctionnement normal de l’Etat.

Le Front National se battra pour rendre à la France sa pleine et entière souveraineté budgétaire. Nul ne peut décider à la place du peuple français les grandes orientations de son budget et donc de sa politique. Il en va du consentement à l’impôt, principe républicain élémentaire. De même, nous procèderons aux économies nécessaires sur la mauvaise dépense publique à commencer par le coût de l’Union européenne, l’immigration, la fraude sociale, la fraude fiscale mais aussi les dérives des collectivités territoriales.