Routier écotaxe

Entre 2.000 et 4.000 poids-lourds ont défilé samedi dans toute la France. La mobilisation a pris fin dans l'après-midi. De nombreuses routes ont été bloquées, mais aucune violence ni incident n'ont été signalés.

2.100 camions dénombrés à la mi-journée par le ministère de l'Intérieur, 4.000 par les organisateurs. La mobilisation des routiers contre l'écotaxe samedi est allée bien au-delà des prévisions. Elle a pris fin d'abord en Ile-de-France dans l'après-midi, puis dans le reste du pays en fin d'après-midi. La circulation est redevenue normale dans la foulée.

En fin de matinée, des cortèges poids-lourds s'étaient dirigé vers Toulouse, Bordeaux, Marseille, Lyon, Lille et en Ile-de-France autour du marché de gros de Rungis près de l'aéroport d'Orly, s'arrêtant sous les portiques installés pour la collecte de l'écotaxe mais en prenant soin de les épargner. "Pour la seule manifestation en Ile-de-France, on dénombrait 230 camions à 12h", a précisé le porte-parole du  ministère Pierre-Henry Brandet.

Selon le porte parole de l'Otre, Kevin Beard, la fédération dénombrait 4.000 camions à midi dans plus d'une trentaine de cortège, tous calmes : "Le public est même réceptif à nos distributions de tracts" a-t-il affirmé à l'AFP."Ces chiffres vont bien au-delà de ce qu'on escomptait" a-t-il insisté. L'Otre, qui représente les petites entreprises du secteur des transporteurs routiers, compte 3.000 adhérents qu'elle mobilise dans une quinzaine de régions, les cortèges les plus importants étant prévus en Ile-de-France, Aquitaine et Midi-Pyrénées.

Les manifestations se sont passées comme prévu et sans violence. Dans les Côtes-d'Armor, les forces de l'ordre sont venues protéger le portique de Lanrodec, où des Bonnets rouges se sont joints aux manifestations. Mais aucun incident n'avait été signalé dans l'après-midi.

Avec AFP

Le 16/11/2013