CG39 accueil

Le président socialiste du Conseil général du Jura, Christophe Perny s'est déjà à maintes fois fait remarquer par sa propension à se conduire comme un "conducator", une vidéo récemment mis en ligne sur le site du Dindon enchaîné où l'on voit et entend Christophe Perny s'en prendre avec une certaine forme de suffisance à l'opposition départementale en témoignait.

L'Hebdo 39 , lui, met en avant le conseiller général du canton de Dole Nord-Est, Patrick Viverge, PS puis Front de gauche avant d'être un "indépendant" de gauche, qui a quitté la séance publique du vendredi 15 novembre après avoir été tancé par monsieur Perny car il avait osé dire tout le bien qu'il pensait de la politique nationale et de ses implications évidentes sur la politique départementale et locale.

Patrick Viverge, qui décidément ne partira pas en vacance avec Christophe Perny, relate "L’arrogance, le mépris, la violence verbale ne me surprennent pas de la part de Christophe Perny. On retrouve là sa marque de fabrique. En revanche, son aveuglement face à la politique de François Hollande qu’il soutient me consterne. Il témoigne de son inaptitude à cerner les difficultés rencontrées par les Jurassiens et à mettre en place une politique adaptée. La tentative d’intimidation qui consiste à retirer la parole à un élu ne leurre personne. Elle est juste révélatrice d’impuissance".

Bonjour l'ambiance à gauche !

Dans sa livraison de novembre 2013 le "Jura Mag" -le magazine édité par le CG39- le président du Conseil général y va de sa "marque" décidément désormais coutumière des jurassiens, il écrit notamment au sujet des contestations des semaines passées en Bretagne et ailleurs dans un billet intitulé modestement " Ras-le-bol des bonnets rouge" : 

"Matin, midi et soir, à la télévision, sur tous les médias, bonnets rouges au menu,..mais quelle est la différence entre un "voyou" qui brûle du mobilier urbain avec un bonnet rouge ?" pas calmé, monsieur Perny renchérit "Alors oui, tout n'est pas parfait, mais cessons les discours médiatiques, démagogiques et abrutissants qui n'ont qu'une ambition : décribiliser l'action publique alors même que cette action est le socle de notre République et la force de notre économie".

Les ouvriers, employés, artisans, commerçants et les patrons des petites et moyennes entreprises du Jura vont sûrement apprécier...

GS