FN Paris WDSJ

Communiqué de Presse de Wallerand de Saint-Just (candidat FN-RBM à la Mairie de Paris) et de Bertrand Dutheil de La Rochère (Conseiller République et laïcité de Marine Le Pen) du 27/11/2013

Demain, jeudi 28 novembre 2013, Bertrand Delanoë, maire de Paris, avec Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris et président du Conseil français du culte musulman, inaugurera l’institut des cultures d’Islam, dans le XVIIIe arrondissement. C’est un chef-d’œuvre de confusion pour mieux bafouer la loi du 9 décembre 1905.

Le culturel et le cultuel y sont intimement combinés malgré les efforts de ses promoteurs pour dissimuler ce mélange des genres. Et le culturel y est une promotion du multiculturel.

La mairie de Paris a investi 13,5 millions d’euros pour construire ce bâtiment de cinq niveaux. Le premier étage, où se trouve une salle de prière de 300 m², a été vendu pour 2,2 millions d’euros à la Grande Mosquée de Paris. Mais, le vendredi, l’espace d’exposition du rez-de-chaussée pourra être loué pour la prière. Dans le même quartier, un autre bâtiment de cet institut est en construction. La Ville y a investi 16 millions d’euros. La salle de prière cherche acquéreur pour 2,7 millions d’euros. L’objectif de cette intrication à peine dissimulée serait d’éviter les prières de rue.

Le culturel y est une incitation au communautarisme. Dans les autres étages, seront dispensés des cours d’arabe, de turc et de wolof. Une collectivité locale qui finance ainsi l’apprentissage de langues étrangères se substitue à l’Éducation nationale pour s’adresser à des clientèles particulières sur une base d’abord ethnique. De plus, cette institution s’intéressera « aussi bien aux artistes musulmans dans des pays qui ne le sont pas, qu’aux artistes non musulmans dans des pays qui le sont ». La première partie de ce choix est l’aveu implicite du caractère cultuel et multiculturel, donc anti républicain, de cette institution financée par les contribuables parisiens.

Avec Marine Le Pen, le Rassemblement Bleu Marine condamne cette atteinte à la laïcité accompagnée d’une promotion du multiculturalisme. Elle ne peut que diviser les Français en les assignant dans leur religion ou dans leurs origines. Dans la République, l’enseignement des cultures de l’Islam revient à l’Université pour s’assurer de son contenu scientifique afin d’éviter toute dérive clientéliste. La ville de Paris devrait, au contraire, développer les cours de langue et de culture françaises pour favoriser l’assimilation républicaine.