Dole Aquaparc

Le sénateur UMP, conseiller municipal et ancien maire de Dole (durant 18 ans) Gilbert Barbier a annoncé hier en tenant une conférence de presse qu'il  saisissait le tribunal administratif  de Besançon d'une requête en annulation  au sujet du toit de l'Aquaparc Isis.

Selon Gilbert Barbier la structure qui va coûter au Grand Dole la modique somme de 10 546 998 € (estimation) n'est pas "techniquement viable", " le dossier se complique avec la fermeture de la piscine Barberousse. C’est un problème social. C’est une piscine en ville qui fonctionne avec les établissements scolaires, pour la plupart, les élèves peuvent y aller à pied."

Comme quoi, à quatre mois des scrutins municipaux, les travaux majeurs engagés ces derniers mois aussi bien par la ville de Dole que par la Communauté d'agglomération(et parmi ceux-ci l'emblêmatique office de tourisme sur "piloti") rattrapent l'actualité. Dans le même temps, le candidat UMP à la mairie de Dole, le député Jean-Marie Sermier avait annoncé en septembre dernier que s'il était élu il s'engageait "à ne pas fermer la piscine Barberousse".

Le président PS du Grand Dole Claude Chalon, qui doit probablement prendre ecxemple auprès de Christophe Perny pour ce qui est des rapports à avoir avec l'opposition, a simplement exprimé  "Je ne ferai pas de commentaire sur cette démarche qui n’a aucun intérêt sur le fond ".

Fin de l'épisode...