Sarkozy_1

Selon plusieurs médias (dont le Nouvel Obs) l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy aurait dans l'idée de créer une nouvelle structure dans l'optique de rassembler plus largement -autour de lui, cela va sans dire-  l'UMP et d'autres mouvements de "droite", lui permettant de se placer au-dessus des partis existants et de se la jouer "grand rassembleur". Dans le même temps, il évite donc de se mesurer à d'autres -pour 2017-  au cours de primaires qui seront mises en place par l'UMP.

Je ne pense pas que ce soir ce soit particulièrement la fête dans les cuisines des sieurs Copé et Fillon.

Mais au delà, l'annonce -certes pas tout à fait confirmée mais bien avancée stratégiquement- ne peut pas effacer le contenu qui pourrait être celui de ce nouveau parti politique qui, de fait, signe l'acte de décès de l'UMP.

Comme l'UMP, la coquille est désespérément vide, puisqu'il reprendra forcément les modalités, les idées (s'il y en a encore !), les dirigeants, les manies européistes et mondialistes, etc, qui formatent clairement l'UMP comme étant l'un des principaux mouvements politiques participant au Rassemblement des Organisations Mondialistes comme à appelé les partis politiques du Système, Marine Le Pen.

Les Français ont déjà goûtés de longues années durant à la manière de gouverner de Nicolas Sarkozy : que ce soit sur le plan national comme sur celui international, le président Sarkozy comme d'ailleurs son successeur socialiste n'a pu faire abstraction de leur totale dépendance au mondialisme qu'il soit question de l'Union européenne qui gère tout de la vie quotidienne des Français ou même de l'OTAN que Nicolas Sarkozy à rejoint avec fierté -en écrasant avec le sourire le peu de souveraineté qu'il restait à notre pays- en 2009.

Et que dire du vote en février 2008 par le Parlement français du traité de Lisbonne qui reprend dans les grandes lignes la quasi-totalité des articles du projet de constitution européenne rejetée par référendum par le peuple le 29 mai 2005...

Petit rappel : 306 députés UMP donc sarkozystes ont gaillardemment votés pour ce traité (et parmi eux le candidat UMP à la mairie de Dole Jean-Marie Sermier) , et 20 sur 22 députés Nouveau centre (UDI aujourd'hui) ont fait de même. Au Sénat, 149 sur 159 sénateurs UMP ont chosis de se frotter les chaussures sur le paillasson du référendum de 2005...La gauche socialiste n'a pas fait tellement mieux...

Alors, non merci, monsieur Sarkozy, ça ne fonctionne plus ce genre de nouvelles donnes qui efface sans problème les faits et actes du passé.

Mais au moins les journalistes vont avoir de nouveaux arguments pour tenter de contrer et de ridiculiser -comme ils le font déjà depuis des années-le programme patriote et national incarnée aujourd'hui par Marine Le Pen et hier par Jean-Marie Le Pen.

GS