Eau euros

Communiqué de Presse de Leif Blanc, Délégué National à la Ruralité, l’Agriculture et l’Environnement du FN du 12/12/2013

La première, c’est celle que les Français ont découvert hier: prélever jusqu’à 40 euros par an et par habitant afin de mieux financer l’entretien des cours d’eau et la lutte contre les inondations. Il est évident que ce projet de prélèvement, en venant encore alourdir une fiscalité locale écrasante, est une aberration. Si la lutte contre les inondations est importante, elle devrait être financée sur les économies réalisées dans les innombrables dépenses inutiles des collectivités plutôt qu’en tapant une fois de plus dans le portefeuille des Français.

La seconde aquataxe est tout aussi préoccupante quoique moins médiatisée. Le gouvernement envisage dans le Projet de loi de finance 2014 de ponctionner purement et simplement 10% du fond de roulement des Agences de l’eau, soit 210 millions d’euros, sous le prétexte que ces agences seraient bénéficiaires. Ce fond de roulement, alimenté à 80% par les prélèvements effectués sur les factures d’eau des particuliers, est destiné à aider les collectivités locales à moderniser et entretenir les installations de distribution et de traitement de l’eau potable.

Ce braquage sur la facture d’eau est une forme d’impôt camouflé qui contrevient gravement au principe qui prévaut jusqu’à aujourd’hui dans notre pays et qui veut que « l’eau paye l’eau ». Au moment où les associations de consommateurs s’alarment des grandes disparités du prix de l’eau dans notre pays, il est évident que cet argent n’a rien à faire dans le budget de l’Etat et devrait être utilisé à la réduction des inégalités tarifaires et à l’amélioration des infrastructures.