Flamme FN 1

Communiqué de Presse du Front National du 14/02/2013

L’accord signé à l’arraché entre les partenaires sociaux sur la Formation Professionnelle, et présenté comme une avancée dans la gestion de cette manne de 26 milliards d’euros, n’est en fait qu’un timide replâtrage.

Avec la complice bienveillance du gouvernement, qui une fois de plus privilégie les effets d’annonces aux réformes de fond, syndicats et patronat se sont bien gardés de mettre sur la table les vrais sujets. Ceci pour une raison simple : ils tirent de la Formation Professionnelle de très confortables subsides qui leurs permettent de financer leurs organisations respectives (en mal d’adhérents) et de servir leurs propres intérêts.

C’est ainsi que cet accord à minima (remplacement du DIF par un dispositif quasi équivalent) ne réforme en rien la gestion paritaire et ses dérives graves et répétées. Dérives notamment mises en évidence par le rapport Perruchot qui avait été immédiatement enterré par l’UMP et le PS dans une belle unanimité.

C’est donc une fois de plus les PME et les salariés qui sortent perdants de cet accord.

En effet, ces cotisations formations viennent augmenter l’insupportable pression fiscale dont nos PME sont victimes avec plus de 153 taxes et 62% de prélèvements obligatoires.

Il est donc indispensable, sur un sujet aussi important que la formation de nos salariés, que le gouvernement ait enfin le courage d’assumer son rôle régalien et garantisse aux entreprises françaises la bonne gestion et la bonne réallocation de ces fonds par des mesures efficaces :

- Contrôle accrue de l’Etat sur les sommes alloués aux partenaires sociaux.
- Mesures d’économies drastiques sur les frais de fonctionnement internes des partenaires sociaux.
- Application du code des marchés publics pour les partenaires sociaux.
- Publication annuelle systématique des comptes des partenaires sociaux.
- Obligation d’une redistribution à 100% vers les salariés pour leur permettre de recevoir des formations
- Possibilité pour les PME de créer une « réserve formation » sur le principe de la « réserve légale ».
- Contrôle réel de la création des organismes de formation et de la réalité des formations déployées.

Cet accord ne fait malheureusement que maintenir un système opaque, clientéliste et totalement injuste pour les PME qui le financent et pour les salariés qui ne bénéficient pas pleinement de ces fonds.