Martin Edouard PS

Les salariés du site Arcelor Mittal de Florange en Moselle doivent avoir un goût amer ce soir dans la bouche après l'annonce par leur représentant charismatique et sur-médiatisé du syndicat CFDT qu'il sera la tête de liste sur la circonscription Grand-Est aux élections européennes de mai 2014.

Liste socialiste bien sûr...

Pourtant il y a quelques mois Edouard Martin n'avait pas de mots assez durs pour qualifier le gouvernement socialiste qu'il accusait de trahison.

La trahison, c'est le mot de la soirée. D'ailleurs quelques-uns des syndicalistes qui se battaient aux côtés de monsieur Martin -à l'image du représentant de FO Walter Broccoli- ne sont pas tout à fait sur la longueur d'onde espérée à Solférino.

Le représentant de FO n'a pas vraiment mâché ses mots ce soir sur Europe 1 en réaction à l'annonce de la candidature du "camarade" Martin. "On a l'impression d'être cocus. Il nous avait dit : je ne ferai jamais de la politique", "Pour nous, c'est clair, c'est une trahison. Je pense qu'il sera meilleur politicien que syndicaliste. Sa place, c'est vraiment là où il va aller","quand on promet de ne jamais faire de politique et qu'on y va, c'est un mensonge. Tout comme lorsqu'Hollande nous avait promis qu'aucune usine rentable ne fermerait".etc.

Finalement, Edouard Martin prend exemple sur son ancien mentor François Chérèque qui dirigeait son syndicat, il a été  nommé inspecteur général des Affaires sociales en Conseil des ministres,  chargé du suivi du plan gouvernemental de lutte contre la pauvreté et accessoirement il est le président du "cercle de réflexion" Terra Nova, une succursale du PS

Ce soir sur BFM-TV Florian Philippot qui sera, lui, la tête de liste FN pour le Grand-Est n'a pas eu autre chose comme réaction. Sauf qu'il ne paraissait pas, comme les autres syndicalistes lorrains, étonné de l'annonce.

C'est là encore une claque terrible sur la représentation ouvrière et salariale en France. 

GS